Mairie de Fougères

Forum de la mairie de Fougères ( Sur le jeu des RR )
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Depuis Avril 1456

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Depuis Avril 1456   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:22

notes : news reprisent ici :

http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=315301&postdays=0&postorder=asc&start=0

6 Avril 1456

madeline a écrit:
Paru dans le duché de Bretagne
Citation :

Nouvelle réglementation du port d'armes
RENNES (AAP) – Ce 31 mars 1456, le Duc de Bretagne, Elfyn de Montfort a officiellement modifié l’article 320-10 concernant la détention d’armes. Cette modification fait suite à la proposition qu’avait faite messire Naoned de Montfort-Toxandrie et qui a été adoptée par la Table ronde à raison de 16 votes positifs et 2 abstentions.
Les six précédents articles qui définissaient la réglementation des armes et de leur port sont donc remplacés par trois articles. D’après la nouvelle loi, le port d’arme est autorisé en Bretagne pour les Bretons uniquement et ce, dans le but de défendre la patrie ou sa propre personne. En outre, tout objet capable d’occasionner plus de dommages que les mains nues sera considéré comme arme.
Déclaration du Duc de Bretagne : http://forum.bretagnerr.info/viewtopic.php?t=918124&start=15

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 7 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:23

madeline a écrit:
Paru dans le duché de Bretagne
Citation :

Nouvelle loi sur la citoyenneté
RENNES (AAP) – Ce 31 mars 1456, Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne a officialisé la nouvelle loi sur la citoyenneté bretonne.
Rédigée par Myrlin dit le Dagsit, elle a été adoptée par la Table Ronde avec 12 voix "Pour", 6 "Contre" et 0 Abstentions.
En voici les grandes lignes :
Les candidats à la citoyenneté bretonne devront, lors de leur demande, remplir certaines conditions :
- Etre résident breton depuis au moins un mois.
- Etre âgé de plus de 16 ans.
- Avoir fait preuve d’une participation active au sein de la communauté bretonne.
- Etre motivé.
- Prêter serment.
La durée d’attente qui, jusqu’alors n’était pas déterminée ne devra pas excéder 7 jours. Passé ce délai, si aucune opposition administrative ne se manifeste, la citoyenneté sera acquise de plein droit.
Après examen de la demande, le nouveau citoyen Breton est inscrit sur le ruban de la citoyenneté.
Certains critères interdisent l’obtention de la citoyenneté :
- Condamnation pour trahison en Bretagne.
- Allégeance envers un souverain étranger.
- Hérésie constatée par les autorités ecclésiastiques bretonnes.
- Renoncement à la vraie foi.
- Appartenance à un ordre militaire sans avoir fait obédience au Duc de Bretagne.
Certains événements ont pour effet la perte de la citoyenneté :
- Par décision administrative (un recours est possible)
- Eloignement de la Bretagne d’une durée supérieure à un mois sans dérogation conférée par le Duc ou la Grande Duchesse.
- Condamnation pour trahison ou pour hérésie.
Texte officiel de la nouvelle loi de la citoyenneté bretonne :
http://forum.bretagnerr.info/viewtopic.php?t=925726
Pour déposer sa demande de citoyenneté :
http://forum.bretagnerr.info/viewforum.php?f=10212

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 9 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:24

madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Offensive bretonne à Laval
LAVAL (AAP) – Ce mercredi 9 avril 1456, à l’aube, l’armée bretonne a attaqué la ville de Laval (Comté du Maine).
C’est sous le commandement du Duc de Bretagne et du duc de Redon que les impressionnantes troupes armées du duché de Bretagne ont entamé l’offensive du Domaine Royal.
A Rennes ce matin, un page du duc de Bretagne a affiché la déclaration du Duc de Bretagne dont voici l’intégralité :
« Bretonnes, Bretons, Françaises, Français,

L'offensive déclenchée ce jour par la Bretagne contre le Domaine Royal de France fait suite à de trop nombreuses injures envoyées par les autorités françaises.
Cela fait un an que la Bretagne demande l'ouverture de négociations honnêtes et respectueuses. La France n'a cessé de repousser ces offres, ne proposant que moquerie, refus nets et paroles apaisantes. Si la Bretagne est un pays de paix, elle n'oublie pas que la paix doit se conquérir et que si l'on ne peut compter sur la bonne volonté d'autrui, il faut faire parler les armes.
La légèreté avec laquelle les négociations récentes allaient débuter, après un retard injustifié et une volonté française de retarder l'échéance est la dernière offense en date.
La France nous demande d'attendre que ses conflits internes soient terminées et sans doute ses armées prêtes à fondre sur la Bretagne, pour accepter le dialogue.
C'est non seulement nous prendre pour des imbéciles mais aussi présager de façon optimiste de l'avenir.
Depuis un an, la France va de conflits internes en conflits internes.
La Bretagne a préféré ne pas s'y mêler, considérant que cela regarde essentiellement la France, mais la Bretagne observe douloureusement la pairie imposer jours après jours son joug sur le peuple français. La Curia Regis n'a qu'une parole, c'est la guerre, qu'une façon de négocier, la menace. Nous sommes bien placés en Bretagne pour le savoir, l'ayant vécu suffisamment longtemps.
Les contraintes imposées dans ce pays voisin en rendent la situation explosive. La Bretagne ne souhaite pas avoir un voisin aussi malade de l'autocratie arbitraire, car un tel voisin est un voisin dangereux.
Aussi, la Bretagne a aujourd'hui décidé de dire que trop, c'est trop !
Le peuple breton est solidaire de ceux qui se battent pour leur liberté, solidaire de ceux qui résistent face à l'autoritarisme d'élites autoproclamées.
Nous sommes conscients que la Bretagne n'est pas non plus exempte de travers, mais nous prenons le problème à bras le corps et tentons de corriger nos erreurs.
Le Domaine Royal, dirigé d'une main implacable par la Curia Regis a montré, au contraire, à presque tous ses voisins, sa volonté d'écraser, d'imposer, d'aliéner.
Aux peuples d'Artois, d'Anjou, de Touraine, à ceux qui au sein du DR luttent encore, nous leur montrons que nous ne restons pas insensibles à leur douleur.
De ce fait, la Bretagne signe par la présente offensive une volonté d'apprendre au Domaine Royal la conséquence de ses actes.
Il n'est pas de meilleure leçon que celle qui marque.
Nous libérerons donc les villes du DR au fur et à mesure de notre progression. Elles pourront enfin goûter la liberté, même temporairement. Nous ne nous arrêterons que lorsque le Domaine Royal signera une reddition complète et abandonnera ses exigences territoriales. Toutes ses exigences territoriales.
Qu'il soit enfin clair que la Bretagne n'a rien contre les territoires en dehors du Domaine Royal tant que ceux-ci respectent la Bretagne. Il n'y aura pas d'offensive lancée contre les provinces françaises ne nous menaçant pas. Les autres provinces, ceux qui préfèrent cajoler le pouvoir de leur maîtres nous verrons en face d'eux, soudés, la tête haute.
La Bretagne reste un peuple défendant ses valeurs, dont la plus haute, la liberté.

Elfyn de Montfort
Duc de Bretagne »


Déclaration d’Elfyn de Monfort, duc de Bretagne : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=315763
Arrivée de l’armée bretonne :
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=315657
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=315722
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=315689

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 9 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:35

madeline a écrit:
Paru dans le duché de Bretagne
Citation :

Etat d'urgence à Fougères
RENNES (AAP) – Un état d’urgence a été décrété à Fougères. Le maire de la ville, Jean Polc a fait sonner le carillon du beffroi et un nouveau décret a paru afin de protéger au mieux la ville, suite aux événements récents dans le Maine (attaque de la ville de Laval par l’armée bretonne).
Ce décret veut parer au manque de main d’œuvre dans la cité.
Dorénavant, à Fougères :
_Interdiction de mettre des offres d'emplois qualifiés, toutes les offres devront exiger 0 point de caractéristique
_Interdiction à tous de prendre les offres d'emploi dans les champs exceptés pour les niv 0.
_Embauches à maximum 15 écus.

http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=315727
Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 9 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:36

madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Levée de BAN par Sa Majestée Levan III
PARIS (AAP) – Suite à l’attaque de Laval par l’armée bretonne dans la nuit du 8 au 9 avril 1456, sa majesté Levan, Roy de France s’est exprimé.
Dénonçant la « fourberie bretonne », Levan III condamne les événements qui viennent de se produire, annonce la levée de la trêve et en appelle à tous ses vassaux pour punir la Bretagne par le fer.
« Par conséquent, nous prenons acte de cette déclaration de guerre et faisons appel à nos vassaux que sont les dirigeants des provinces du Royaume, ainsi que nos vassaux d'Isle de France.
Afin que de défendre nos terres, nous voici contraints de lever la trève annoncée. Cette conséquence en elle-même est chose impardonnable aux yeux du Très-Haut.
Nous condamnons avec la dernière sévérité la vilénie de cet acte, et entendons qu'il soit justement châtié par le fer. »
Déclaration de Levan III : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=8620874&highlight=#8620874
Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 10 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:38

madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Entrevue avec le chambellan de Bretagne
RENNES (AAP) – Suite aux événements du mercredi 9 avril 1456, l’AAP a rencontré Archimbaud, Chambellan de Bretagne afin d’analyser plus finement les déclarations respectives d’Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne et Sa majesté Levan III, Roy de France.
http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=315763
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=8620874&highlight=#8620874
AAP : Pourquoi est-ce que Sa Majesté Levan III a dit : « Dénonçons la fourberie bretonne, qui nous a pressé de préparer des négociations tout en sachant que de nombreux Pairs étaient mobilisés à la défense de nos terres et ne pouvaient donc pas s’y atteler » ? Y a-t-il eu des demandes de négociations récemment ?
Archimbaud : Il y a en effet eu des demandes de négociations depuis qu'Armoria est GMF...Alors récent, pas vraiment. Disons que cela a plus sérieusement débuté en janvier.
AAP : Que veut dire le Duc de Bretagne par ces mots : « La France n’a cessé de repousser ces offres, ne proposant que moqueries, refus nets et paroles apaisantes. » ? Quels sont les faits relatifs à ça ?
Archimbaud : Toute la période de Juju n’a été que dérobades. Depuis l’arrivée d’Armoria au poste de Grand Maître de France, c’est plutôt bien accueilli dans les mots mais repoussé jour après jour car le domaine royal veut d’abord en finir avec ses problèmes militaires. Comme je le disais, cela date de début janvier où cela fut accepté. J’ai donc envoyé courrier sur courrier auxquels elle a répondu en dénonçant la légendaire lenteur de la Pairie pour évoquer la nécessité d’avoir du temps. Alors, à la fin de la période Tatoo, il a été décidé du lieu et après moultes relances, on a convenu que j’envoyais trois personnes pour représenter la Bretagne :
Evenice de Guérande, notre Grande duchesse, Amalric, duc de Brocéliande et président de la Cour de Justice de Bretagne, Myrlin dict le Dagsit, prêteur de Bretagne et votre serviteur, Chambellan de Bretagne.
Avec l’arrivée d’Elfyn au duché de Bretagne, cela devait se faire dans le mois, mais l’attaque artésienne (j’imagine) a repoussé l’échéance.
Elfyn m’avait alors demandé une semaine pour conclure l’affaire, pour que les négociations démarrent. J’ai accéléré la fin et donné deux jours à Armoria pour débuter avant que le Duc ne considère que la France ne cherche qu’à temporiser pour rassembler des soldats contre nous.
Je suis donc parti en Normandie et nous avons attendu sur place, Amalric, Myrlin et moi-même. Le Duc m’a envoyé un courrier pour nous rappeler au bout de cinq jours, les émissaires français (Wulfen et Numalane) sont donc arrivés juste après, nous les avons croisés en partant. De plus, Armoria avait exclu Myrlin des négociations car il avait, il y a presque un an, insulté la Reyne de France lors des négociations de Poitiers.
AAP : Les émissaires ne vous avaient pas averti du retard ?
Archimbaud : J’avais signifié à Armoria qu’il était important de débuter vite car la situation avait tendance à faire se poser trop de questions en Bretagne sur la réelle volonté française de négocier. J’avais été clair sur ce point. Armoria m’avait bien averti du retard des émissaires mais elle aurait pu envoyer d’autres émissaires en attente : Cronos était sur place, il aurait pu ouvrir les négociations.
AAP : Elfyn dit : “La Bretagne a préféré ne pas s’en mêler, considérant que cela regarde essentiellement la France, mais la Bretagne observe douloureusement la Pairie imposer jour après jour son joug sur le peuple français. » Que veut dire exactement le Duc ?
Archimbaud : Cela veut dire que la Bretagne a voulu mettre un terme aux ingérences dans les affaires françaises, ingérences ayant débuté avec la fronde et ayant continué jusqu’aux problèmes avec l’indépendance de l’Anjou. Depuis, la Bretagne a voulu garder une attitude neutre lorsque le domaine royal décidait de « punir » ceux qu’ils considéraient comme traîtres et qui, de notre point de vue, ne faisaient que demander de l’autonomie. Mais cela n’a pas empêché la Bretagne en interne de trouver les positions de la Pairie comme trop agressives sur bien des points.
AAP : Le Roy est Roy par la grâce divine, l’autonomie ne veut rien dire pour qui reconnaît cette grâce divine. De quel droit la Bretagne décide-t-elle d’intervenir dans la gestion du Royaume de France ?
Archimbaud : Elle n’intervient pas, cela ne l’empêche pas d’avoir un avis. Nous n’avons peut être pas la même vision politique de part et d’autre de la frontière, c’est même sûr.
Mais la grâce divine n’explique pas les coups d’état politiques. L’exemple du coup d’état politique des Pairs de France en BA (Bourbonnais Auvergne), plaçant plusieurs Pairs sur des listes, faisant des procès d’intention au Duc à une époque pour ensuite placer Tixlu et Belgian. Que Belgian soit juge du BA et chancelier de France ne choque pas de votre côté de la frontière, chez nous, c’est ce que l’on appelle un abus de pouvoir politique. C’est un putsch.
Deuxième exemple sur la mise en place de la Guyenne. Je ne me rappelle pas tous les faits, mais le conseil provisoire de Guyenne, placé par la Pairie voulait en faire un domaine royal bis. Ceci nous amène à penser que les élites parisiennes souhaitent verrouiller la politique française pour faire ressembler le reste de la France au domaine royal.
AAP : Elfyn dit : « Aussi, la Bretagne a aujourd'hui décidé de dire que trop, c'est trop !
Le peuple breton est solidaire de ceux qui se battent pour leur liberté, solidaire de ceux qui résistent face à l'autoritarisme d'élites autoproclamées.
Nous sommes conscients que la Bretagne n'est pas non plus exempte de travers, mais nous prenons le problème à bras le corps et tentons de corriger nos erreurs.
Le Domaine Royal, dirigé d'une main implacable par la Curia Regis a montré, au contraire, à presque tous ses voisins, sa volonté d'écraser, d'imposer, d'aliéner.
Aux peuples d'Artois, d'Anjou, de Touraine, à ceux qui au sein du domaine royal luttent encore, nous leur montrons que nous ne restons pas insensibles à leur douleur.
De ce fait, la Bretagne signe par la présente offensive une volonté d'apprendre au Domaine Royal la conséquence de ses actes.
Il n'est pas de meilleure leçon que celle qui marque.
Nous libérerons donc les villes du domaine royal au fur et à mesure de notre progression. Elles pourront enfin goûter la liberté, même temporairement. Nous ne nous arrêterons que lorsque le Domaine Royal signera une reddition complète et abandonnera ses exigences territoriales. Toutes ses exigences territoriales. » N’est-ce pas là de l’ingérence ?
Archimbaud : Je ne suis pas tout à fait d’accord avec le terme d’ingérence, je m’explique. Nous sommes solidaires des souffrances et ne sommes pas insensibles aux douleurs, ceci est de l’empathie naturelle. Après, au niveau des actions, ce n’est pas une action politique contre la France, nous ne souhaitons pas renverser le pouvoir royal. C’est une action contre un bloc voisin, le domaine royal, qui est source d’instabilité et de guerres autour de nous. C’est pour des raisons bretonnes que nous nous battons car en voyant ce qui arrive à ceux qui essaient de résister au domaine royal, nous préférons régler le problème avant qu’il ne devienne insurmontable. Il est clair que nous intervenons en France, c’est toujours le cas quand on fait la guerre.
AAP : C’est donc une action altruiste ? Un geste au nom de la liberté ?
Archimbaud : Altruiste, non, mais au nom de la liberté, oui. Nous pouvons lutter pour notre liberté, sans lutter pour la liberté des autres mais en nous sentant proches de la lutte des autres pour leur liberté. C’est de l’empathie, si on veut. En gros, nous ne voulons que dire que ceux qui luttent pour leur liberté sont proches de ce que nous pensons.
AAP : Quelles sont les réactions bretonnes suite aux déclarations de Levan III, Roy de France ?
Archimbaud : D’abord un petit point global. Pour résumer, nous contestons plusieurs des points évoqués ; nous les considérons comme assez peu proches des réalités vécues.
Alors, au sujet de la fourberie des Bretons. D’une part, nous sommes toujours en guerre. La trêve entre le domaine royal et la Bretagne a été rompue par Evenice depuis assez longtemps puisqu’en automne dernier. De plus, la trêve ne concerne pas la Bretagne puisque c’est une trêve du domaine royal. On ne déclare pas une trêve de façon unilatérale. C’est comme la paix, cela s’accepte des deux côtés. On ne dit pas « pouce, j’ai besoin de temps », ce n’est pas cela la guerre.
AAP : Levan a dit « Fourberie bretonne, enfin, qui malgré la trêve déclarée dans tout le Domaine Royal par notre Grand Maître de France pour le décès de Monseigneur Olaf, n'a cure de ce qui existe de plus sacré, le droit aristotélicien de se recueillir. » Pourquoi ne pas avoir respecté cette trêve ?
Archimbaud : Nous n’étions pas au courant, nous n’avons reçu aucun message officiel.
AAP : Revenons aux déclarations bretonnes.
Archimbaud : L’attaque bretonne n’est pas spécialement fourbe, c’est une attaque en règle entre deux belligérants. Nous sommes en guerre, avec une trêve levée depuis mi-novembre. Nous avons demandé à l’Eglise Aristotélicienne de décréter une paix blanche pour signifier une fin des combats qui assurent qu’une reprise soit faite par déclaration. Cela fut refusé à la fois par l’Eglise Aristotélicienne et par la France. Le fait que la France ne soit pas prête et que nous le soyons est un détail. Cela aurait tout aussi bien pu être l’inverse et nous en étions conscients. Alors certes, ce n’est pas spécialement amical d’attaquer un ennemi qui est sur un autre front, mais c’est ainsi qu’est faite la guerre.
Au sujet de la fourberie, encore, j’ai donné le point de vue de la Bretagne sur la demande de négociations, sur le fait que j’ai demandé explicitement à Armoria la possibilité de débuter rapidement. Je ne pense pas que j’aurais pu être plus explicite sans être un traître à mon pays.
Oui, nous avons attaqué par surprise, mais non, ce n’est pas de la fourberie, c’est de la stratégie.
AAP : L’Alliance Du Centre a déjà décidé de répondre à l’appel du Roy, comment voyez-vous l’issue de cette guerre, sachant que d’autres vont suivre ?
Archimbaud : Difficile de savoir. Je suis mal placé pour parler stratégie. Au sujet de la mobilisation française contre la Bretagne, nous sommes habitués à lutter contre l’ensemble du pays. Si on considère que plusieurs provinces françaises ont d’autres soucis, notamment avec le domaine royal, nous sommes plutôt confiants.
AAP : La Bretagne a beaucoup souffert lors de la guerre des cent jours. Les dirigeants bretons ont-ils pensé aux Bretons ? La Bretagne a-t-elle envie de revivre ça ?
Archimbaud : La Bretagne a surtout souhaité ne pas attendre que le domaine royal et le reste de la France soit prête à lui fondre dessus sachant qu’il semblait de plus en plus clair que la France voulait gagner du temps. Les Bretons, en tout cas la plus grande majorité, se sont résignés à lutter maintenant plutôt que de tout perdre. Il faut voir le nombre de soldats mobilisés à la fois en attaque et en défense. Il faut aussi compter sur l’ensemble des courants de pensée. Alors certes, certains considèrent que le choix n’est pas meilleur, c’est impossible de mettre tout le monde d’accord, mais c’est avant tout pour les Bretons que nous avons fait ce choix.

Johane, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 10 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:38

madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Entrevue avec le Grand Maître de France
PARIS (AAP) – Suite aux événements du mercredi 9 avril 1456, l’AAP a rencontré Armoria, Grand Maître de France, afin d’analyser plus finement les déclarations respectives d’Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne et Sa majesté Levan III, Roy de France.
AAP - Pourquoi est ce que sa majesté Levan dit « Dénonçons la fourberie bretonne, qui nous a pressé de préparer des négociations tout en sachant que de nombreux Pairs étaient mobilisés à la défense de nos terres et ne pouvait donc s'y atteler. » ? Y a t il eu des demandes de négociations récemment ?
ARMORIA - Récemment, et moins récemment. Leur déclaration unilatérale de rouverture des frontières avait relancé le débat à la Pairie, bien évidemment. S'en était suivie une proposition d'ouvrir des négociations au Mont Sainct-Michel. Quand il s'est agi de choisir des émissaires ayant à la fois le temps de s'y rendre et la motivation nécessaire malgré les échecs précédents, nous étions aux alentours de la mi-février... Quelques jours après, la félonne Niria attaquait Compiègne, monopolisant notre attention.
Cependant, tout ce temps, je suis restée en contact avec le sieur Archimbaud. Il n'était donc pas sans savoir les difficultés rencontrées, et malgré cela, a insisté pour que les négociations se tiennent. Nous savons à présent pourquoi : préparer leurs armées...
AAP - D’après vous, que veux dire le duc de Bretagne par ces mots :
« La France n'a cessé de repousser ces offres, ne proposant que moqueries, refus nets et paroles apaisantes. » ?
ARMORIA - Ma foy, je serais bien en peine de vous le dire... Comme détaillé ci-dessus, depuis que j'ai été nommée Grand Maître de France par Sa Majesté notre bon Roy, preuve est faite que le dialogue existait. Juste un début, certes... Et sans doute point aussi rapide qu'il aurait pu l'être si cette guerre contre l'Artois nous en avait laissé le loisir, mais il existait. Je viens de prendre connaissance d'une déclaration du tout nouveau Primat de France, je cite :
« Nous invitons également les représentants du Domaine Royal à accepter d'entrer dans une démarche favorable à la négociation. Faisons ensemble, dans la concorde Aristotélicienne, front à la guerre pour entamer enfin un dialogue serein et constructif dans l’espoir de parvenir à un accord final. »
C'était justement le but des négociations du Mont Sainct-Michel...

AAP - Qui étaient ces émissaires prévus pour les dernières négociations ?
Pourquoi avoir exclu Myrlin des négociations qui allaient avoir lieu ?
ARMORIA - Les émissaires étaient messire Wulfen et son épouse Numalane, qui outre d'être Pairs sont itou Grands Officiers. La route depuis le Dauphiné fut pour le moins périlleuse, surtout en cette saison, et ils ont eu à déplorer un accident de coche. Mais ils ont fini par réussir à venir. Entre temps, le Pair Cronos avait pris sur lui de faire patienter les émissaires bretons.
Pour avoir exclu le dict Myrlin ? Nous acceptions déjà Archimbaud, malgré le tort qu'il a fait au Domaine Royal, accepter en sus un homme qui a insulté Sa Majesté la Reyne était trop demander. Je déplore de savoir qu'il avait fait route en vain, puisque cela avait été dit. Sans doute un regrettable manque de communication entre eux ?
AAP - Les négociations auraient du reprendre depuis l’automne dernier, soit environ 6 mois. Ne pensez vous pas que la Pairie a abusé de la patience des Bretons et les a poussé à bout ?
ARMORIA - Pour ce qui est de l'automne, je n'étais point encore GMF. Ce que je sais en revanche, c'est quelles ont été mes priorités depuis ma prise de charge : les négociations avec les Bretons, si elles n'étaient pas au sommet de la liste, n'en étaient cependant pas loin. D'où le suivi sur ce dossier, évoqué précédemment.
AAP - Pourquoi ne pas avoir fait débuter les négociations avec Cronos qui était présent là où attendait la délégation bretonne, puisque les émissaires royaux étaient en retard ?
ARMORIA - Messire Cronos avait signalé ne pas pouvoir suivre les négociations d'un bout à l'autre, et qu'il devrait s'absenter ensuite. Nous avons donc préféré éviter la valse des émissaires. J'y vois une marque de respect, quant à moi. Non ?
AAP - D’après vous que veut dire le duc de Bretagne, par ces mots : « La légèreté avec laquelle les négociations récentes allaient débuter, après un retard injustifié et une volonté française de retarder l'échéance est la dernière offense en date. »

ARMORIA - Je serais bien en peine de vous dire ce que le Duc breton peut avoir en tête... Le retard est injustifié, certes : les voies de Dieu sont impénétrables. J'ai moi-même et à plusieurs reprises relancé le dossier breton, dans les conditions difficiles que l'on sait.
Si j'étais de ceux qui restent accrochés au passé comme moule à son roc, je pourrais citer entre autres offenses celle qui me fut faite lorsque je me suis rendue aux négociations de Poitiers, et que j'ai été arrêtée comme une malpropre et jetée dans une cellule, puis affamée jusques à parvenir à Poitiers. Pensez-vous qu'un dirigeant souhaitant la paix se puisse ainsi conduire avec une envoyée diplomatique ? Mais malgré cela, je ne suis point restée sur ce mauvais souvenir, pour preuve le suivi du dossier breton, et la préparation des récentes – et avortées - négociations.

AAP - La Bretagne a préféré ne pas s'y mêler, considérant que cela regarde essentiellement la France, mais la Bretagne observe douloureusement la pairie imposer jours après jours son joug sur le peuple français.
D’après vous, à quoi fait il allusion ?

ARMORIA - Selon moi, c'est l'une de ces phrases oiseuses et démagogiques destinées à leurrer les gens non avertis. L'on passe moins pour un agresseur lorsque l'on se dit défenseur... Fût-ce d'une cause imaginaire.

AAP - « Aussi, la Bretagne a aujourd'hui décidé de dire que trop, c'est trop !
Le peuple breton est solidaire de ceux qui se battent pour leur liberté, solidaire de ceux qui résistent face à l'autoritarisme d'élites autoproclamées.
Nous sommes conscients que la Bretagne n'est pas non plus exempte de travers, mais nous prenons le problème à bras le corps et tentons de corriger nos erreurs.
Le Domaine Royal, dirigé d'une main implacable par la Curia Regis a montré, au contraire, à presque tous ses voisins, sa volonté d'écraser, d'imposer, d'aliéner.
Aux peuples d'Artois, d'Anjou, de Touraine, à ceux qui au sein du DR luttent encore, nous leur montrons que nous ne restons pas insensibles à leur douleur.
De ce fait, la Bretagne signe par la présente offensive une volonté d'apprendre au Domaine Royal la conséquence de ses actes.
Il n'est pas de meilleure leçon que celle qui marque.
Nous libérerons donc les villes du DR au fur et à mesure de notre progression. Elles pourront enfin goûter la liberté, même temporairement. Nous ne nous arrêterons que lorsque le Domaine Royal signera une reddition complète et abandonnera ses exigences territoriales. Toutes ses exigences territoriales. »
Que pensez vous de ces paroles du duc de Bretagne ?
ARMORIA - J'en pense que non seulement c'est ridicule, mais qu'en outre, il est fort mal informé. Ceci dit, si le seul fait pour le Domaine Royal d'abandonner toute volonté expansionniste suffit à faire cesser cette attaque éhontée, lors je vous puis en annoncer la fin dès à présent : le Domaine Royal n'a pas de volonté expansionniste. Mais je suis peut-être moins bien renseignée que lui sur la volonté du Roy mon beau-père, que je côtoie régulièrement afin que de l'aider dans sa gouvernance ?
AAP - encore une question : comment la Bretagne aurait elle pu avoir connaissance de la trêve déclarée dans le DR pour le décès de Monseigneur Olaf ?

ARMORIA - Je ne sais pas... Mais c'est inquiétant : il est curieux qu'ils parviennent à savoir ce qui se dit en les lieux les plus secrets et reculés du Royaume, et manquent ce qui est dit à Paris et en chaque province... Le fait est que s'il y avait un Secrétaire d'Etat en Bretagne, ils l'auraient appris plus vite.

AAP – « Fourberie bretonne, qui a profité de ce délai pour fourbir ses armes afin que de les porter en notre domaine, prouvant par là-même quel était le but véritable des négociations par eux réclamées. »
N’ y a-t-il pas contradiction étant donné que la Bretagne attend ces négociations depuis fort longtemps et qu’ils l’ont réclamé ardemment ?
ARMORIA - Nulle contradiction... Tout ceci était par eux prévu de longue date. Toute personne ayant de près ou de loin occupé un poste à responsabilité dans le Royaume de France le sait. Les manoeuvres bretonnes sont connues de longue date, et ce bien avant le départ du sieur Gomoz, et ces négociations n'étaient qu'un leurre. Pour preuve : quand enfin elles se pouvaient tenir, leurs émissaires ont été rappelés en Bretagne. Curieuse coïncidence, pour le moins.

Johane, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 10 avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:41

madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Réaction des Primats de Bretagne et de France
PARIS (AAP) – Suite à la reprise du conflit opposant le Royaume de Bretagne au Royaume de France, l’Eglise Aristotélicienne s’est exprimée. Messeigneurs Clodeweck et Otto Bismark, respectivement Primat de Bretagne et Primat de France ont publiquement et conjointement fait leurs déclarations mercredi 10 avril 1456 sur toutes les places publiques.
C’est avec une grande tristesse qu’ils déplorent, l’un comme l’autre l’état de guerre. Monseigneur Clodeweck désespère qu’on ne laisse « pas de chance pour la paix » et Monseigneur Otto Bismark constate que les démarches pacifiques entreprises par l’Eglise ont échoué. Les Primats déplorent qu’une paix ne soit pas permanente entre les deux parties et pensent qu’il est « temps de laisser s’exprimer la voix d’une issue souhaitable mais aussi nécessaire pour le bien de tous ».
Les récents actes belliqueux sont alors condamnés aussi bien par le Primat de Bretagne que par le Primat de France. Pour eux, ces actes sont l’œuvre du Sans Nom qui ronge l’humanité. L’orgueil est mis en cause, l’orgueil des hommes, véritable moteur qui les pousse à vouloir conquérir d’autres peuples. L’arrogance est également montrée du doigt, l’arrogance des chefs qui violent les lois sacrées de l’Eglise. Les Primats rappellent alors le rôle d’un Souverain : user de la plénitude des moyens accordés par le Très Haut pour gérer la cité des hommes et établir un monde en paix, à l’image de la cité céleste. La conclusion est la même pour les deux hommes : nuire à la paix, c’est s’opposer à la volonté du Seigneur, c’est s’opposer au Créateur et c’est donc se rendre coupable d’un crime au pardon difficile.
Les Primats de Bretagne et de France condamnent donc les deux parties, demandent l’arrêt immédiat des combats et appellent les fidèles de Bretagne et de France à manifester leur désapprobation face aux conflits. Ils lancent également un appel au Domaine Royal afin qu’un dialogue serein soit entamé et que l’on parvienne à un accord final et définitif.
http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=316027&sid=488532fddcf2a0222e12ab4ae8c1cb57

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Admin
Admin


Messages : 16
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: 12 Avril   Jeu 21 Aoû 2008 - 4:43

madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Déclaration de l'ADC et de l'Anjou sur l'attaque du Maine
LE MANS (AAP) - Alors que les combats au Maine font rage depuis quelques jours, ce vendredi onze avril aura été une journée de forte activité diplomatique dans le Royaume.
En effet, l'Alliance du Centre a en premier lieu répondu présente à l'appel du neuf avril fait par le Roy Lévan, et condamné "la forfaiture et la félonie du grand duché de Bretagne par son attaque de la cité de Laval sise en terre du Domaine Royal.". Les armées de l'Alliance ont donc débuté la mobilisation de leurs troupes afin de venir en secours au Maine.
Cette journée sera aussi marquée par l'ouverture d'un nouveau front au Maine. En effet, une armée bretonne, menée par Saroumane, et une armée angevine, menée par Don Tirso, ont tenté de prendre la ville du Mans, et se sont heurtées aux défenses organisées par l'armée mainoise.
Cette implication d'une armée angevine a suscité une réaction immédiate de la part du Duc d'Anjou, Tithieu de Penthièvre. Celui-ci regrette que la trêve instaurée en l'honneur de Monseigneur Olaf ait été violée par les deux belligérants, et l'attitude offensive de la Bretagne, dont la stratégie militaire était auparavant "exclusivement défensive". Il appelle donc au calme, et propose son rôle de médiateur dans le conflit. Déjà occupé par la guerre avec le Poitou, concernant la souveraineté du nœud Montreuil-Bellay; le Duché ne pourra pas prendre part militairement au conflit. Quant à l'attaque menée par l'armée de Don Tirso, le Duc angevin la condamne, et appelle l'individu concerné et ses hommes à la démanteler et à se rendre à la justice angevine. Toute personne ne respectant pas cet ordre risquerait le bannissement d'Anjou.
La Bretagne ne pourra donc pas compter sur un appui militaire de son fidèle allié.

Ellias, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairie.keuf.net
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 13 Avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:09

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Du remous en Breizh
RENNES (AAP) – Ce samedi 12 avril 1456, soit quatre jours après l’attaque de la ville de Laval dans le Maine, la Bretagne s’interroge.
Le mercredi 9 avril 1456, soit quelques heures après la déclaration d’Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne, son neveu Naoned Montfort-Toxandrie, procureur de son état, rendait publique ses inquiétudes en écrivant une missive à son Duc dans laquelle il déclarait :
« Je pense donc que vouloir la paix par les armes n'est pas la meilleure façon d'obtenir la paix.
Vous n'obtiendrez finalement que rancœur des peuples que vous croyez libérer, la liberté dont vous parlez ne peut être gagnée que par une propre révolution de leur part.
Revenez à la raison mon oncle que diraient vos frères ? »
Le peuple breton ce matin-là découvrait d’une part que leur armée était partie attaquer une ville mainoise, mais également que certaines tensions régnaient au sein même du conseil ducal, puisque le procureur lui-même désapprouvait les actes entrepris dans la nuit.
Ce samedi 12 avril, alors que nulle autorité n’a informé le peuple breton de la situation et des perspectives, qu’aucun mot d’ordre n’a été donné quant à l’attitude à adopter dans les cités bretonnes à présent que le Roy de France Levan III a levé le BAN, une voix s’élève sur la place publique : celle de Myrlin dict le Dagsit.
Par une intervention où se mêlent la déception et la colère, Myrlin dict le Dagsit porte un jugement sans appel sur la situation : « Qu'est ce qui est le pire ? Cette folie qui a conduit le duc à reprendre la guerre alors que nous étions pénards dans nos chaumières ? Ou cette désinvolture des bretons alors que l'ensemble du royaume de France est appelé à venir nous écrabouiller ? »
Messire Le Dagsit s’insurge alors face à une union bretonne complètement démembrée : « Comment se fait-il qu'un conseiller ducal se permette de dire qu'il faut faire machine arrière ? Où est-elle l'union bretonne derrière l'armée, même dans ses bêtises ? Où est-elle surtout la solidarité gouvernementale ? Un conseiller est un subordonné du duc, il n'a pas à en défier l'autorité. C'est vraiment n'importe quoi cette désunion affichée au sein du gouvernement alors que les armées françaises seront bientôt à nos portes. »
Il souligne alors l’importance de prendre en compte les inquiétudes du peuple et demande à ce que les autorités prennent leurs responsabilités et préparent les villageois à défendre le pays : « Et pendant ce temps que fout la prévôt ? Bon sang de bonsoir ! Si l'on veut que les saint Politains, les Brestois, les Trégorois, les Rohannais, les Briochins et les Vannetais viennent consolider les défenses il faut les appeler à la mobilisation dès maintenant ! ….. Un minimum d'information pour la population n'est donc pas du luxe puisqu'on lui demande quand même d'aller se faire trouer la peau pour la patrie.
Tout cela ne dépend que des pouvoirs publics, à commencer par le duc, le capitaine, le prévôt et les maires. Et pourtant il n'y a rien.»
Inquiétudes, interrogations, critiques et attente sont depuis quatre jours le quotidien du Breton.
Le Comte du Maine, Beren s’adresse au peuple breton dans une missive affichée sur la place publique ce samedi 12 avril également.
Breton de naissance, le Comte du Maine informe le peuple breton que son armée a été repoussée par de simples civils et assure que les Mainois n’envisageaient aucune attaque contre le Grand Duché de Bretagne.
Il termine son intervention par un message plus personnel à l’attention du peuple : « Soutiendrez-vous encore longtemps votre Dug et ses chefs militaires dans leur folie guerrière ? Ils ont réussi à vous faire croire que le Domaine Royal voulait s'attaquer à la Bretagne pour justifier leurs ambitions d'occupation. En voilà le triste résultat. »

Lettre de Naoned Montfort-Toxandrie : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=315763&start=0
Coup de colère du Dagsit :
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=316475
Lettre du comte du Maine aux Bretons : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=316639

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 14 Avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:09

Madeline a écrit:
Paru dans le duché de Bretagne
Citation :

Breizh : MOBILISATION
RENNES (AAP) – Un appel à la mobilisation est lancé dans toutes les villes bretonnes. Que ce soit à Rohan, Saint Brieuc, Fougères, Vannes, Tréguier, Rieux, Saint Pol de Léon ou Rennes, le mot d’ordre est le même :
Les Bretons doivent se mobiliser pour produire au maximum pour alimenter les troupes au front et participer à l’effort de guerre.
Les Bretons sont invités à prendre les emplois à la maréchaussée pour défendre les villes, en particulier les villes frontalières. Ces dernières doivent être particulièrement protégées et la ville de Rennes encourage les Bretons volontaires et solidaires à se déplacer vers ses villes-là.
Il est conseillé aux Bretons de s’armer au mieux : épées ou bâtons. La production des armes est donc elle aussi encouragée.
Il est important que les Bretons fassent des réserves de nourriture.
Tout Breton est invité à prendre contact avec son maire, son tribun ou le prévôt pour avoir de plus amples informations sur les besoins et les démarches.
Cette mobilisation est par ailleurs fortement encouragée par La Grande Duchesse Evenice, par Kurios, Porte Parole du Conseil au travers de leurs déclarations respectives.
Appel à la mobilisation sur la place publique :
http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=316731
Appel à la mobilisation à Rennes :
http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=315781

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 14 Avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:10

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Breizh : Déclarations de la Grande Duchesse, du Porte Parole et du Duc
RENNES (AAP) – Evenice, Grande Duchesse de Bretagne s’est adressée à son peuple ce dimanche 13 avril 1456. Après un résumé de la situation (attaques de Laval et du Mans repoussées), la Grande Duchesse rappelle les événements antérieurs qui ont poussé le Grand Duché de Bretagne à ses interventions dans le Domaine Royal.
La Grande Duchesse met en avant la mauvaise volonté de la France à conduire des négociations :
"La lenteur de la reprise des nouvelles négociations et le refus en dernière minute d’accepter un de mes émissaires sous un prétexte fallacieux, confirment la mauvaise volonté de la France à reprendre celles-ci."
Evenice rappelle que sous son règne, la Bretagne a, par deux fois, fait appel à la France pour reprendre des négociations laissées en plan :
"restées sans réponses, ces lettres ont été suivies par l'annonce de la rupture unilatérale par la france de la trêve entre nos deux pays et la volonté d'instaurer une paix blanche."
La Grande Duchesse rappelle aussi les efforts diplomatiques entrepris par la Bretagne comme l’ouverture des frontières et précise que :
« de l'autre côté, la France maintient la fermeture des frontières et le blocus économique contre la Bretagne, ne montrant aucune volonté de changer une situation de statu quo qui semble lui plaire. »
Evenice s’adresse ensuite au peuple breton qu’elle encourage à rester soudé. Elle en appelle à l’unité bretonne et demande à ce que les avis personnels soient laissés de côté au profit de la fraternité bretonne. Elle entend mobiliser tous les Bretons afin que la terre Bretonne reste bretonne :
« Que la France le veuille ou non, Bretagne restera un pays fier, tenace et n’acceptera jamais le joug royal…Alors restons solidaires, mettons de côté nos différents et nos rancœurs, le seul but que nous devons avoir et auquel nous devons rester fidèles est la Bretagne, notre pays et uniquement lui. »
Parallèlement à la déclaration d’Evenice, Kurios, porte parole du conseil ducal de Bretagne s’est exprimé. Après un bref état des lieux de la situation militaire, Kurios se joint, au nom du Conseil, à la Grande Duchesse pour appeler à la mobilisation bretonne pour, je cite, « que jamais nos traditions ne soit étouffées par la France. »
Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne, quant à lui, répond sur la place publique à une série de questions posées par Myrlin dict le Dagsit. Il résume les événements passés, assure que la mobilisation est en route, encourage lui aussi les Bretons à s’unir et s’affirme confiant pour la suite.
Déclaration de la Grande Duchesse Evenice: http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=8647282#8647282
Déclaration du Porte Parole du Conseil Ducal Breton, Kurios et questions/ réponses entre Le Dagsit et Elfyn de Montfort
http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=316934

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 17 avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:12

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Breizh : Fermeture des frontières
RENNES (AAP) – Ce jeudi 17 avril 1456, Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne a décrété la fermeture des frontières du Grand Duché de Bretagne.
Tout ressortissant étranger ne possédant pas de laissez-passer est invité à quitter le territoire.
Tout ressortissant étranger voulant pénétrer sur le territoire doit en demander l’autorisation.
Tout contrevenant sera poursuivi et ramené à la frontière.
Le décret prend effet au jour même de sa parution.
Annonce officielle du Duc de Bretagne : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=317871

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 17 avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:14

Madeline a écrit:
Paru dans le duché de Bretagne
Citation :

Le Duc informe le peuple et le mobilise pour Rennes
RENNES (AAP) – Ce mercredi 17 avril 1456, juste après l’annonce officielle de la fermeture des frontières du Grand Duché de Bretagne, le Duc de Bretagne Elfyn de Montfort s’est adressé au peuple breton.
Le Duc de Bretagne informe ses compatriotes de la position occupée par l’armée bretonne. Celle-ci se trouve toujours à Laval pour, d’une part, continuer ce qui a été commencé, et d’autre part pour que le combat reste loin des terres bretonnes : « nos armées sont aujourd'hui à Laval, une nouvelle fois, là où nos soldats se battent pour continuer l'action menée jusqu'à maintenant…stratégiquement il nous faut déplacer la bataille, que le combat ait lieu en dehors de notre territoire. »
Cette stratégie vise également à attaquer économiquement le Domaine Royal : « Tout comme la France a pratiqué un blocus économique pendant longtemps sur notre Royaume il est nécessaire pour nous de leur faire comprendre la douleur d'une guerre. »
Le Duc en appelle également à la mobilisation bretonne dans les villes. Tout Breton, quelque soit sa condition sociale, est invité à venir grossir les groupes de défenses dans la capitale : « Nous avons besoin de tout breton pouvant manier une fourche, une hallebarde, une épée...
J'en appelle aux paysans comme j'en appelle à la noblesse, venez à Rennes défendre la Capitale. »
Discours du Duc de Bretagne : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?p=8676782#8676782

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 23 avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:15

Madeline a écrit:
paru dans le duché de Bretagne
Citation :

Appel de la Reyne : la maréchaussée vous attend
RENNES (AAP) - Ce Mardi 22 avril 1456, la Reyne de Bretagne, Evenice s'est adressée au peuple breton pour l'inciter à rejoindre les villes frontalières de Rieux, Fougères et Rennes afin d'y prendre les emplois de la maréchaussée.
Cet appel est justifié suite au constat fait par la Reyne : « C'est avec tristesse que je vois que les emplois de la maréchaussée ont beaucoup de mal à être pris. »
La Reyne s'efforce de réveiller l'amour du duché en chaque coeur breton : « Le Duché, c'est vous, c'est aussi tous les êtres qui vous sont chers. Le Duché n'est rien sans vous tous. » et d'expliquer les raisons de cet appel au patriotisme : « Je voudrais rappeler à chacun d'entre vous que l'heure est grave, l'ennemi est à nos portes et il serait bon, si vous tenez à sauver votre Duché, que chacun d'entre vous se responsabilise et comprenne qu'il y va de sa vie, de la vie de sa famille, de son bien être et de la sauvegarde de ses champs. »
L'appel lancé par Evenice est diffusé dans chaque ville du duché à la demande expresse de la Reyne de Bretagne.
A titre d'information, Damoiselle Niss DE Montfort Toxandrie a aimablement mis à la disposition de tous un document permettant de mieux comprendre comment se passent les emplois pris à la maréchaussée : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=319491
Annonce de la Reyne de Bretagne : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=8718490#8718490
Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 23 avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:17

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Les Bretons entrent dans Laval
PARIS (AAP) – Dans la nuit du mardi 22 avril au mercredi 23 avril 1456, l’armée bretonne a réussi à percer les défenses de la ville de Laval.

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 26 avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:18

Madeline a écrit:
paru partout
Citation :

Evenice - Reyne de Bretagne - démissionne
RENNES (AAP) – Ce samedi 26 avril 1456, le peuple breton a pu découvrir une annonce hors du commun : leur Reyne, Evenice de Guérande, qui depuis plusieurs mois représentait le Grand Duché, a pris la décision de quitter ses fonctions de Grande Duchesse et de redevenir, comme elle le dit, « une simple Bretonne ».
Succédant à Feue la Reyne Nathan et Gomoz le 23 septembre 1455 , Evenice de Guérande fut sacrée Reyne de Bretagne à Rennes le 1er décembre 1455.
D’une nature douce, Evenice de Guérande a toujours mis un point d’honneur à se comporter envers son peuple telle une mère prévenante et soucieuse du bien-être de ses protégés : « J'ai agi avec la prudence et l'affection d'une mère pour ménager les fauves bretons et tendre la main envers les brebis du pays. »
Sa politique était à son image : douceur et diplomatie. Une méthode pour laquelle elle reste convaincue, mais qui lui a valu bien des déboires : « La douceur dont j’ai fait preuve n’a pas été comprise et la fermeté, elle, ne m’a valu qu’insultes allant au-delà de ce que j’aurais pu imaginer. »
En ces temps de guerre qui oppose la Bretagne au Domaine Royal, Evenice confie sa douleur à son peuple. Une douleur insupportable. Douleur de voir ses compatriotes tomber, douleur de ne pas pouvoir agir comme elle l’aimerait, douleur de se sentir inutile aussi : « Le fait est que la couronne n'est plus le sacerdoce auquel je croyais, elle est devenue un fardeau, une souffrance au quotidien, un carcan qui m’étouffe et m’oblige à rester spectatrice uniquement. »
Alors que la ville de Laval est devenue bretonne, Evenice remercie ses conseillers et tout ceux qui ont cru en elle, qui l’ont soutenue et dépose sa couronne.
Elle s’en retourne à une vie de « simple bretonne » et souhaite avidement qu’Elfyn de Montfort qui vient d’être reconduit à son poste de Duc de Bretagne « fasse en sorte que la Bretagne ne devienne pas qu’un champ de bataille… »
La Reyne s’en va donc, fidèle à ses idées, à ses convictions. Fidèle à sa Bretagne qu’elle compte servir de son mieux, fidèle à son peuple qu’elle a servi de son mieux et à qui elle dit : « Gardez toujours en votre âme et en votre cœur que le peuple breton est valeureux et fort lorsqu’il est uni, le passé nous l’a prouvé.
Et jusqu’à mon dernier souffle je porterai haut et fort notre devise :
Kentoc’h mervel eget bezan saotret »
Déclaration officielle d’Evenice : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=8748473#8748473

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 27 avril   Sam 23 Aoû 2008 - 16:18

Madeline a écrit:
Paru en Bretagne
Citation :

Jeanpolc est élu maire de Fougères
Jeanpolc a été élu maire de Fougères. Il recueille la majorité des suffrages exprimés.1. Jeanpolc : 79.6%
2. Kandrek : 20.4%
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 5 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:20

Madeline a écrit:
Paru dans le duché de Bretagne
Citation :

05-05-2008 : Mobilisation à Fougères
RENNES (AAP) - A la demande du duc de Bretagne, Elfyn de Montfort, les volontaires fougerais sont appelés à venir défendre Rennes.
Le départ pour la capitale s'effectuera lundi 5 mai au soir, au plus tard.
Les volontaires doivent prendre contact d'urgence avec messire Abbar et se préparer à voyager ce lundi soir. La maréchaussée qui voudrait répondre à cet appel doit auparavant prendre contact avec la Prévôt, Dame Rosealine pour accord.
Annonce de la mobilisation fougeraise : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=323832
Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 17 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:24

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

17-05-2008 : Laval libérée

LAVAL (AAP) - Dans la nuit du 13 au 14 mai de l'an de grâce 1456, la ville de Laval a été libérée après plusieurs jours d'occupation bretonne.
Les villageois, aidés par les armées venues sur place, suite à la demande de Levan III, ont réussi à reprendre la mairie qui depuis a pour dirigeant messire Arroseur.
L?annonce a été lancée en place publique par Messire Arthur Pendragon, Commandant de la garde des 45. Il félicite les habitants et salue le courage des autres troupes françoyses.
Rhân de Crocy ,Connétable de France, a adressé un message de soutien aux Lavallois. Content de voir « qu'une révolte populaire a réussi à chasser de la mairie les derniers restes de l'occupation bretonne », il rassure également la population : « N'ayez crainte.. aucune armée ne peut venir désormais reprendre votre ville ou démettre le maire ».
Annonce de la libération : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=325882
Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
(dépêche soumise le 14, publiée le 17, cf post d'en haut)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 17 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:24

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

17-05-2008 : De l'avancée des troupes royales en Bretagne
FOUGERES (AAP) - La situation militaire évolue rapidement dans le conflit qui oppose les forces françaises aux troupes ducales bretonnes, suite à la prise récente de la ville mainoise de Laval par ces dernières.
Laval a été libérée ce mercredi 14 mai. En Bretagne même, après avoir occupé Nantes et mis le siège sous Rieux, les troupes françaises ont atteint Vannes et Fougères. Cependant, à l'ouest, une force bretonne aurait mis le camp sous Alençon.
Cette situation fait suite au mouvement de plusieurs compagnies, issues de l'Alliance du Centre pour le théâtre sud des opérations, et du domaine royal, de Bourgogne et du Lyonnais-Dauphiné pour leur théâtre est.

A L'EST - PRISE DE LAVAL PAR LES FRANCAIS
Un mouvement nocturne des troupes françaises stationnées depuis plusieurs jours dans le Maine a permis de surprendre le 10 mai au matin les troupes bretonnes à Laval, et de mettre le siège sous une ville dont la défense s'est révélée moindre que prévue, les Bretons n'ayant laissé sur place qu'une compagnie de combat. Trois autres compagnies et un hôpital de campagne avaient été évacués dans les heures précédent l'arrivée des troupes françaises.
Au cours des heures suivantes, le Maréchal de France Arthur Pendragon avait appelé les Lavalois à se lever contre les soldats de Bretagne, tandis que le Chambellan de Bretagne Archimbaut répondait par la menace, promettant de poursuivre pour trahison les habitants qui se rangeraient du côté français.
Après quatre jours d'échauffourées cependant, une révolte populaire emportait la mairie le mercredi 13 au matin, et ouvrait la porte aux troupes royales.

A L'EST - SIEGE DE FOUGERES PAR LES FRANCAIS
Cependant que se poursuivait le siège de Laval, une partie du contingent royal, laissant la ville derrière lui, fit mouvement pour atteindre Fougères le dimanche 11. La ville, qui sépare la capitale bretonne de la Normandie et du Maine, est désormais à merci, et ne serait défendue que par ses habitants.
Du côté français, les appels à une reddition se sont donc multipliés, pour éviter une effusion de sang, notamment portés par les comtes de Vermandois et de Jublais. L'état d'urgence a été proclamé dans la ville par les autorités locales, et la population invitée à s'engager dans la milice bourgeoise.

A L'EST - MENACE BRETONNE ENTRE MAINE ET ALENCON
Prenant à contre-pied les mouvements des troupes françaises en traversant le territoire angevin, un contingent breton a investi Alençon le 13 à l'aube, passant à l'assaut dès le lendemain. Les défenseurs de la capitale du duché restent pour l'instant maîtres de leurs murs, menés par le duc Yann_blue qui a appelé l'ensemble de ses sujets à participer à la défense de la ville, qu'il mènerait en personne.
Par ailleurs, des groupes d'éclaireurs bretons silloneraient les routes alentours, interdisant le passage des particuliers isolés. Au moins une sujette du Grand-Duché, réfugiée de Laval, aurait été grièvement blessée par ces patrouillers en tentant de gagner Fougères.

AU SUD - NANTES OCCUPEE PAR LE POITOU
De source française, la ville de Nantes, seconde capitale bretonne, ainsi que le duché de Retz et le sud de la Bretagne, auraient été annexés par le Poitou, après leur conquête il y a quelques jours par les troupes françaises. Aucune source bretonne n'était cependant en mesure de confirmer ces faits.

AU SUD - RESISTANCE DE RIEUX AUX ASSAUTS FRANCAIS
La ville avait été investie dès le 7 mai à l'aube par les troupes françaises. Cependant, les trois assauts menés du 8 au 10 mai ne permettaient pas à ces dernières de s'emparer de la ville, vaillament défendue par la milice de ses habitants en l'absence de toute garnison ducale. Les combats auraient fait de nombreux blessés et tués dans les deux camps. Au jour du 14 mai, les habitants avaient la surprise de trouver le camp français désert et abandonné.

AU SUD - PRISE DE VANNES PAR LES FRANCAIS
En effet, devant leur échec, le contingent français avait fait mouvement, dans la nuit, pour s'en aller surprendre Vannes. Trouvant une nouvelle fois la ville livrée à ses habitants, celle-ci fut enlevée au premier assaut, mené dès l'aube du 15.

REACTIONS OFFICIELLES
Le Grand Maitre de France, dame Armoria de Mortain, a déclaré que ce jour était un "Jour de gloire pour la Couronne de France" et un "jour sombre pour la Bretagne!", ajoutant que "le signal est fort : nulle attaque à l'encontre de la Couronne ne saurait demeurer impunie". Lui faisant écho, le connétable de France, Rhân de Crocy, a lui aussi félicité les troupes de leurs victoires, leur promettant que "bientôt ce sera (sic) Rennes et la Bretagne toute entière qui s'inclinera (sic) devant vos oriflammes".
Le conseil de Bretagne a quant à lui admis la perte des deux villes, appelant les Bretons à la poursuite du combat et à la résistance. "Les murailles sont tombées mais les hommes sont debout et ils se battront jusqu?à leurs derniers souffles. Ils saboteront les convois ennemis, résisteront", a affirmé le porte-parole.

DOCUMENT
Carte de la Bretagne par Mgr Groar:
http://picasaweb.google.fr/MrGroar/CartesDesRoyaumesRenaissants02/photo#5187632765735972162

- Zwyrowsky, pour l'AAP
Mad sifflote... c'est pas de moi ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 21 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:26

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

21-05-2008 : Fougères - première attaque - déclarations bretonnes
FOUGERES (AAP) - Ce dimanche 18 mai 1456, Tatoo Salaun de Kerkreñv, duc de Redon a annoncé publiquement que la ville de Fougères avait résisté cette nuit même face aux assauts groupés de 6 armées françoyses.
Arméria Salaun de Kerkreñv, Porte Parole Privé du Duc de Bretagne s'est exprimée pour relever le courage du peuple breton et déplorer les pertes humaines : « Sachez que notre peuple en combattant fièrement cette nuit démontre à quel point nous ne voulons perdre notre honneur. »
Evenice de Guérande, ancienne Grande Duchesse de Bretagne a également écrit aux Fougerais. Avertie de l'attaque de la nuit, elle s'adresse aux familles des victimes pour leur faire part de tout son soutien moral. Puis, se remémorant la guerre des cent jours, elle en appelle à la valeur bretonne, à l'amour du pays qui vit en chacun des Bretons : « Souvenez vous que chaque breton vaut à lui seul des dizaines de François car nous avons des valeurs qu'ils n'ont pas. Nous avons notre pays ancré au plus profond de notre âme, notre richesse et notre force sont dans notre unité, dans notre motivation et dans l'amour de notre terre. »
Diverses déclarations (Felger l'imprenable !) : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=326744
Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
(Dépêche soumise le 18 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 21 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:29

Madeline a écrit:
Paru dans le Duché de Bretagne
Citation :

21-05-2008 : Entrevue Archimbaud - Etat des lieux au 20 mai

RENNES (AAP) – Alors que les conflits font rage dans le Grand Duché de Bretagne, l’AAP a rencontré Messire Archimbaud, chambellan de Bretagne afin qu’il fasse le point sur les différentes situations en ce mardi 20 mai de l’an de grâce 1456.
AAP : Messire le Chambellan de Bretagne, quelle est la situation en ce mardi 20 mai à Laval ? Reste-t-il des Bretons dans la ville ?
Archimbaud : Mis à part quelques blessés, il ne doit plus rester de Bretons à Laval. Le sud du pays ayant été attaqué il fallait recentrer nos armées afin de sécuriser le duché.
AAP : Vannes est devenue une ville franche. Pourquoi les révoltes se succèdent-elles ? La résistance s’organise-t-elle ? Quelles sont les actions envisagées par le Duché de Bretagne ? Certains parlent de famine, qu’en est-il ?
Archimbaud : Vannes étant ville franche et les armées présentes bloquant tout apport de biens de première nécessité, le duché ne peut guère aider. La stratégie française est de prendre en otage les Vannetais afin de nous pousser à faire sauter le blocus. Le problème est que Vannes est à deux jours de Rennes et que de nombreuses armées françaises sont à une journée de Rennes.
Les Français préfèrent tuer tous les Vannetais pour gagner cette guerre facilement plutôt que d'affronter l'ennemi en face alors qu'ils sont en énorme surnombre.
C'est une stratégie intelligente mais inhumaine et lâche, française en somme.
Le reste de la Bretagne connaît le cœur des Vannetais. Nous savons tous que les Vannetais préfèreront mourir plutôt que de condamner leur pays, mais nous souhaitons leur faire part que nous reconnaissons leur douleur et que nous sommes sensibles à leur sacrifice.
Les révoltes se succèdent, ce qui oblige les armées françaises à rester sur place afin de garder le contrôle de la ville. Les courageux Vannetais sont en ce moment en train d'immobiliser plusieurs armées françaises.
AAP : Quelles sont les situations respectives à Rieux et à Fougères ?
Archimbaud : Fougères est assiégée et les combats sont sanglants. L'énorme quantité de soldats français met la défense à rude épreuve. Je ne pourrais dire comment la situation va évoluer, mais je sais que les Fougerais se battront encore et encore.
A Rieux, il y a des armées présentes, mais elles sont peu nombreuses. Il ne devrait pas y avoir de danger pour Rieux si la défense est prête.
AAP : D’après vous, Rennes est-elle menacée ?
Archimbaud : Il n'y a pas moins de dix armées françaises à une journée de Rennes. On peut en effet dire que notre capitale est menacée.
AAP : Avez-vous une idée du nombre de blessés et de morts bretons depuis le début des conflits ?
Archimbaud : Il n'y en aurait qu'un, ce serait trop. Mais tant qu'il reste des Bretons valides, nous nous battrons. Ce n'est pas une réponse quantitative, mais dans une guerre où un peuple joue sa survie et sa liberté, les nombres n'ont pas réellement de sens.
Je ne les connais pas précisément, je dirais plusieurs dizaines.
AAP : Le Duc de Bretagne Elfyn de Montfort annonçait récemment que le conseil ducal allait prendre une décision quant aux actes de Messire Cipic à Laval. Qu’en est-il à ce jour ?
Archimbaud : Le conseil ducal ne peut de toute façon rien faire tant que Cipic n'est pas en Bretagne. Je n'ai de toute façon pas accès à la salle de réunion du conseil ducal et nous n'en parlons pas à la Table Ronde.
AAP : Où en est l’élection du Grand Duc ? Pourquoi le peuple breton ne connaît pas encore son nom ?
Archimbaud : La Table ronde doit voter pour le Grand Duc à la majorité élargie, au moins huit conseillers ducaux et cinq maires doivent voter pour un candidat pour que celui-ci puisse devenir Grand Duc. Si la population ne connaît pas encore son nom, c'est tout simplement parce-que la Table Ronde ne le connaît pas non plus.
AAP : On entend de nombreuses voix s'élever pour demander pourquoi l'armée bretonne reste à Rennes et ne vient pas porter secours aux villes attaquées. Que répondez-vous à ces déclarations ?
Archimbaud : La défense de notre pays passe par la sauvegarde de nos institutions logées dans la capitale. Tant que la capitale tient, la Bretagne survit et a des moyens de contre-attaquer.
Si Roazhon tombe, par contre, les armées françaises démantèleront notre pays et pilleront toutes nos ressources.
Il est donc nécessaire de s'assurer que Rennes ne puisse tomber entre les mains de nos ennemis.
Or, nous sommes bien moins nombreux qu'eux, nos possibilités d'action sont donc fortement réduites.
cela ne nous empêchera pas de profiter d'occasions particulières pour affaiblir l'ennemi en faisant des attaques surprises, comme ce soir, à Rieux (ou Fougères, tu changeras au bon moment et si tu valides ce soir, alors tu enlèves le paragraphe).
AAP : La France considère que la Bretagne fut attaquante dans cette guerre et qualifie la Bretagne de "félonne". Quelle est la position diplomatique de la Bretagne sur ce point ?
Archi : Pour la France, il n'y a pas de contradiction entre son refus de faire la paix après plus d'un an de guerre et déclarer que la guerre actuelle est une nouvelle guerre.
Pourtant, la diplomatie bretonne, sous la direction de notre reine a demandé à faire valider par la France sous l’œil attentif de la curie romaine que la paix blanche soit constatée. La France a refusé de le reconnaître. Comme elle refusait aussi de négocier la paix, nous avons levé la trêve. C'est donc bel et bien toujours la même guerre, d'un point de vue diplomatique objectif et reconnu par toute l'Europe. Il n'y a pas de paix sans traité de paix ou reconnaissance internationale d'un état de paix, il n'y a pas de trêve unilatérale.
Mais c'est une contradiction habituelle de la diplomatie française. La France considère la Bretagne comme "félonne" par exemple alors même qu'aucun duc de Bretagne n'a jamais prêté allégeance à un roi de France. Il n'y a jamais eu de lien de vassalité, il n'y a donc pas de félonie.
De même, la France déclare que la Bretagne est française alors même qu'aucune autorité française n'a contrôlé la Bretagne et que tous les pays d'Europe en dehors de la France et du SRING francophone reconnaissent la Bretagne en tant que pays. Beaucoup de nos voisins non français sont indignés par la façon dont la France déguise éhontément ses guerres de conquête en guerre interne.
Car il ne faut pas se leurrer, les autorités françaises souhaitent conquérir la Bretagne et savent parfaitement qu'il est plus facile pour eux d'avoir l'accord de leur population en déguisant les raisons de ce conflit et de tous les précédents. Ils nient la réalité en face et sont l'objet de fréquentes moqueries chez leurs voisins à ce propos mais c'est la cohésion interne de la France qui est leur objectif.
Je ne développerai pas plus, je vous laisse jeter un oeil à l'académie sur la comparaison géopolitique entre France et Bretagne que j'ai écrite comme base de cours.
(NDLR : Cours de Géopolitique par Messire Archimbaud : http://forum.bretagnerr.info/viewtopic.php?t=924198)
Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 22 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:30

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

22-05-2008 : Fougères "l'imprenable" est tombée
FOUGERES (AAP) - Ce matin du 22 mai de l'an de grâce 1456, Fougères est tombée.
Celle qui s'était tant illustrée lors de la guerre des cent jours par une résistance presque héroïque, celle que les Bretons appellent « Felger l'imprenable » a dû s'incliner dans la nuit du 21 au 22 mai suite aux assauts répétés des armées françoyses.
Placardée dans le village, une affiche signée par Messire Arthur Pendragon, Maréchal de France, annonce aux Fougerais leur défaite. Après avoir fait état des pertes humaines, Messire Pendagron rend hommage aux villageois qui ont su montrer leur courage lors des conflits. Les assurant que les armées françoyses présentes au village ne sont pas des armées d'occupation, il invite alors les Fougerais à vivre normalement et s'engage à ce que ses troupes respectent la population : « Allez en paix, Bretons, je vous l'ai dit, je n'ai nulle colère contre les habitants de Fougères, et je ferai en sorte que vous puissiez vivre normalement. »
Côté breton, la nouvelle est une souffrance, comme le rapporte la missive arrivant du bureau du porte-parole : « Breizh saigne de t'avoir perdue, toi la robuste. » Dans ces écrits bretons, l'idée de défaite est exclue : «Une victoire pour les Françoys ? Peut-être oui. Une défaite pour nous ? Sûrement pas ! ». La population fougeraise est appelée par ses dirigeants à ne pas baisser les bras, à se révolter : « Courage peuple de Fougères, résiste, révolte-toi, garde en toi la flamme qui te définit en tant que Breton. »
Après Vannes, Fougères est la seconde ville bretonne qui tombe depuis le début du conflit opposant le Grand Duché de Bretagne au Domaine Royal.
Le Maréchal de France, Arthur Pendragon, dans son message, interpelle les Fougerais sur une possible suite : « Faudra t-il que nos armées capturent chaque ville de Breizh avant que les pantins qui vous dirigent comprennent ? ». Ce à quoi la Bretagne répond : « Fuis Français abandonne ton projet fou. Ne sens-tu pas le sol se résorber sous tes pieds, c'est notre Breizh qui te digère, tes pas se font plus lourds, sont plus lents, petit à petit elle t'aspire. »

Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
(ben... le lien n'est pas arrivé avec l'article ... je le rajoute pour ceux que ça intéresse : A lire : « Fougères est tombée, avec courage » : [url=http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=327691)
http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=327691)[/quote[/url]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 24 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:32

Madeline a écrit:
Parus partout
Citation :

24-05-2008 : Révolte à Fougères ! Venitia prend le pouvoir
Révolte à Fougères ! Venitia prend le pouvoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Depuis Avril 1456   

Revenir en haut Aller en bas
 
Depuis Avril 1456
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Depuis Avril 1456
» SOS gastro depuis 7 jours
» Plus de 1.000 soldats étrangers morts en Afghanistan depuis 2001
» Poissons d'avril!!!
» L'invention du Grand Paris (Le Monde 2, 25 avril 2009)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mairie de Fougères :: Archives :: Archives des Articles de l'AAP-
Sauter vers: