Mairie de Fougères

Forum de la mairie de Fougères ( Sur le jeu des RR )
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Depuis Avril 1456

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 25 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:33

Madeline a écrit:
Parus partout
Citation :

25-05-2008 : Révolte à Fougères ! Venitia prend le pouvoir
Révolte à Fougères ! Venitia prend le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 26 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:34

Madeline a écrit:
Parus partout
Citation :

26-05-2008 : Révolte à Fougères ! Lafouine prend le pouvoir
Révolte à Fougères ! Lafouine prend le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 26 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:38

Madeline a écrit:
Parus partout
Citation :

26-05-2008 : Entretien avec le Grand-Maitre de France - partie 1
RENNES (AAP) - A l'occasion des combats actuels en Bretagne, deux rédacteurs ont pu, vendredi 23 mai au soir, être reçus par dame Armoria de Mortain, princesse et Grand Maître de France.
L'entretien, dense, sera rapporté en deux parties, dont voici la première.
AAP - La ville de Fougères est donc tombée hier aux mains des soldats français, après plusieurs jours de résistance populaire. Peut-on connaître votre sentiment immédiat sur cette victoire ?
ARMORIA - Nulle envie de plastronner, j'aurais préféré être chez moi, auprès de ma famille, comme nos soldats... Et comme les Fougerais. Mais le choix ne nous en a point été laissé, hélas. Aussi fais-je mon devoir envers mon Souverain. J'ai un sentiment de profonde injustice face à ces habitants de Fougères, sacrifiés par leurs dirigeants... Surtout en ayant vu le fameux Tatoo quitter le monastère après les combats. Mais je me devais de mener les troupes vers une victoire.
AAP - Vous parlez du duc de Redon. Voulez vous dire que vous attendiez une opposition supérieure de la part de la Bretagne pour soutenir une ville symbole comme Fougères ?
ARMORIA - Surtout de la part de quelqu'un qui appelle si fort à la guerre, vous en conviendrez... Ne serait-elle bonne que pour les pauvres hères ? Quant à la volonté des instances bretonnes, ma foy, j'ai renoncé à la saisir... Oh, il serait intéressant, du reste, de revenir sur l'un de leurs arguments-clefs au déclenchement de cette guerre. Quand j'ai vu ce qu'ils ont prétendu, j'avoue avoir été plus que saisie d'une telle mauvaise foi... J'aurais dit que Sainct-Michel devrait attendre parce que nos armées n'étaient point prêtes : enfin, qu'ils me disent menteuse et malhonnête, passe encore, mais par la malepeste, qu'ils m'accordent un tant soit peu d'intelligence... J'ai dit que ce qui se passait en Artois requérait toute notre énergie, pas que nous n'étions point prêts militairement parlant ! Je ne sais si Archimbaud a floué le Conseil de Bretagne, ou si le Conseil a floué son peuple, mais ledit Archimbaud a lui-même joué la carte de la compréhension... Presque compatissant... Bah. Quant à cette "attaque surprise" que nous préparions... La surprise était en effet si grande que même nous n'étions point au courant... Un peu de sérieux...
AAP - A l'heure où nous parlons, les forces françaises sont donc maîtresses des villes bretonnes de Fougères et Vannes - même s'il est permis de penser qu'à l'exemple de Vannes, la situation risque de rester instable à Fougères plusieurs jours. Envisagez-vous de porter la guerre plus avant dans le territoire de Bretagne ?
ARMORIA - Cela ne dépend guère de nous, à dire vrai ; je pense que nous saurons rester sensibles à toute demande d'apaisement de la part de nos adversaires. Si nul ne vient, ma foy... Il faut être deux pour que le fer laisse place à la plume.
AAP - Vous semblez formuler ainsi une invitation à suspendre les combats et à reprendre les négociations. A moins que cela ne soit perçu comme un ultimatum? Quelles seraient les conditions françaises d'une reprise des négociations ?
ARMORIA - En temps de guerre, chaque jour de combat est un choix à lui seul : c'est une évidence, avant que de songer aux termes plus académiques de reprises des négociations. Ni invitation, ni ultimatum, c'est un constat.
AAP - Vous ne répondez pas à ma seconde question.
ARMORIA - Sans doute parce que cela n'a point été véritablement évoqué... Il y a des points sur lesquels je puis n'avancer que ma seule parole ; en revanche, pour ce genre de choses, la Pairie doit se prononcer de façon collégiale. C'est le cas pour les traités, et tout ce qui se base sur le long terme, de façon générale
AAP - Parlons alors plutôt de "but de guerre". Quel serait actuellement le but de guerre poursuivi par l'armée française ?
ARMORIA - Faire comprendre que le temps des provocations, le temps où l'on pouvait s'en prendre en toute impunité au Domaine Royal, est révolu. Le Domaine Royal a cessé d'être fragile, et les vassaux du Roy ont montré leur soutien. De la Couronne, l'on n'obtiendra rien par la force. Plus maintenant.
AAP - Une capitulation sans condition ?
ARMORIA- Sans condition à remplir par la Couronne, en tout cas. La Couronne a subi l'offense, elle a réagi, en bonne logique. Vae victis.

-> A suivre (ENTRETIEN AVEC LA GRAND MAITRE DE FRANCE - PARTIE 2)

Zwyrowsky, pour l'AAP

Citation :

26-05-2008 : Entrevue avec la GMF - Partie 2

RENNES (AAP) - Ce Vendredi 23 mai 1456, suite de l'entrevue avec Armoria de Mortain, Grand Maître de France.
AAP - Vous avez déclaré : « Nous, ARMORIA, Grand Maître de France, tenons à célébrer cette glorieuse journée du quatorze de Mai 1456, journée qui a vu le Domaine Royal et les alliés de la Couronne obtenir victoire sur la félonie. » Comment justifiez vous que la Bretagne soit félonne alors qu'elle n'a jamais fait allégeance à la France ?
ARMORIA - Demandez à vos historiens, qui ont utilisé pour votre dernière guerre le fait que dame Nathan n'ait point été reçue par Sa Majesté : ils ont insisté - ô combien, à l'époque - pour dire qu'il s'agissait d'un hommage. Par ailleurs, à dater du moment où un vassal décide de son chef qu'il ne l'est plus, cela ne le rend pas moins vassal pour autant : pour cela, il faut accord des deux parties. Accord qui oncques n'a été scellé, faute de quoi, chacun de nous, ce jour, serait chez soi en toute quiétude. Il ne me revient point d'entériner la non vassalité de la Bretagne, qui est auto proclamée. S'il suffisait de s'auto proclamer pour donner corps à ce que l'on souhaite, notre monde ne serait qu'un vaste chaos.
AAP - Pourquoi la France avait elle abandonné les négociations de Poitiers et avait refusé toute réouverture du dialogue pendant près de dix mois ? La France réclamait à l'époque des garanties. Pourquoi n'a-t-elle jamais précisé le contenu des garanties qu'elle attendait de la part de la Bretagne malgré la demande bretonne ?
ARMORIA - Il y a eu plusieurs accrocs, lors de Poitiers. Tout d'abord, le ton montait entre les premiers protagonistes. Pour plus de calme, alors encore simple Pair - je veux dire par là sans fonction à la Curia Regis - j'y ai été envoyée à mon tour et j'ai atterri en vos geôles, bien qu'ayant avisé le sieur Gomoz de ma venue. Bien qu'ambassadrice, arrêtée et affamée plusieurs jours de suite, j'ai tenu à ce que les négociations se poursuivent, mais j'en ai été relevée en toute logique par l'alors GMF. Elles ont continué puisque le Pair Cronos y était resté, d'abord à grands pas, à tel point que Sa Majesté la Reyne était en route pour finaliser l'accord. Elle a connu de graves problèmes sur la route, les Bretons ont fini par s'en offusquer, et insulter la Reyne, ce qui a aussitôt mené à un abandon des travaux. Il aurait certes été de bon ton d'en aviser plus tôt les Bretons... Mais de là à insulter celle qui par la loy était toujours leur souveraine...
AAP - Le roi Lévan avait refusé de recevoir Nathan à son mariage, le GMF Juju et la reine de France avaient déserté Poitiers sans signer ce à quoi ils s'étaient engagés auprès du Grand Duc Gomoz, le prince Morgennes avait refusé de répondre aux sollicitations de paix de la Grande Duchesse Evenice et enfin plus récemment vous avez vous même refusé des émissaires bretons. Comment expliquez vous ces faits et comprenez vous le sentiment de méfiance de la Bretagne qui a conduit à reprendre la guerre ?
ARMORIA - Je comprends... et je comprends itou que bien des choses ont été cachées, au pire, ou mal interprétées, au mieux, voici pourquoi je me garderai bien d'interpréter ce qui m'a précédée.
Commençons par la missive à mon époux, donc. Elle a été par lui reçue le jour même de nos noces : il l'a mise de côté, pensant y revenir le lendemain, ce qui n'était point délai énorme. Sauf qu'au lendemain du mariage, nous avons appris à l'aube que des faquins s'étaient emparés du château de Dijon - je précise ici que je suis Bourguignonne de coeur et d'adoption, malgré mon sang breton - et nous sommes partis au saut du lit. Un incident par rapport à cette lettre, certes, mais avec pour conséquence que l'on en reparle aujourd'hui.
Concernant mon refus, à présent. Il avait été motivé, et précisé par lettre au sieur Archimbaud, ce, avant que vos envoyés ne parviennent au Mont. Nous avons en effet refusé - et quand je dis nous, je parle cette fois au nom d'une décision collégiale de la Pairie - de récuser le sieur Dagsit, celui justement qui avait insulté Sa Majesté la Reyne. Comme je lui ai répondu par missive quand il m'a demandé les clefs, il n'aurait point dû faire tout ce chemin pour rien : nous avions été plus que clairs. Nous aurions aussi pu refuser le sieur Archimbaud, au vu de ce qu'il a fait à l'Orléanais. Il est toujours persona non grata sur les terres de Sa Majesté : autant dire qu'en acceptant sa venue, nous avions fait un effort.
Pour conclure sur ce point, oui, je puis comprendre la méfiance, parce que cette méfiance, si elle est basée sur des éléments véridiques, l'est aussi sur des éléments grossis, déformés, voire presque mensongers.
AAP - En dehors du SRING francophone, tous les pays d'Europe reconnaissent la souveraineté bretonne. La France pourra-t-elle un jour reconnaître la souveraineté bretonne, et si tel est le cas, qu'attend-elle en retour ?
ARMORIA - Les autres pays d'Europe mènent leur propre politique, et nous menons la nôtre... Quant à dire ce jour si oui ou non la France reconnaîtra une souveraineté à la Bretagne, ce ne peut être que du ressort d'une décision de Sa Majesté, conseillée par la collégialité de la Pairie, le genre de sujets sur lesquels ma voix seule ne se doit point faire entendre.
AAP - Les villes de Vannes et de Fougères sont tombées. Pensez-vous que la dévastation de la Bretagne par vos armées soit une réponse proportionnée à l'attaque de Laval et un geste propice à une paix future ?
ARMORIA - Nous aurions pu répondre, certes, sur une seule ville... Je doute, cependant, que cela aurait été convaincant quant à notre volonté d'obtenir qu'enfin les attaques contre les terres de Sa Majesté cessent. Disproportionnée ? Je ne pense pas que l'on puisse parler de mesure en temps de guerre. S'attaquer au Roy est chose plus que grave, et ne saurait attirer qu'une réponse de la dernière sévérité.
AAP - En parlant de paix, êtes-vous prête aujourd'hui à arrêter les combats ? Si oui, qu'attendez-vous de la Bretagne ?
ARMORIA - Si j'y suis prête aujourd'hui, sans geste ? Non, cela va de soi. Ce que nous attendons ? Une demande motivée et solide, non feinte.
AAP - Prendrez-vous contact avec le futur Grand Duc de Bretagne ?
ARMORIA - Ma foy, je crois qu'il sait où je me trouve... Rennes est fort proche de Fougères. En matière de guerre, il y a des règles édictées de tous temps. Nous avons été attaqués, et avons inversé la tendance. Partant de là, il serait malséant de notre part d'engager un contact : cela aurait mine de vouloir minimiser l'adversaire. Celui qui prend contact avec son adversaire sans avoir obtenu une victoire totale est sans conteste un fat. Malgré ce que l'on pourrait penser, je respecte trop le peuple breton pour vouloir lui donner l'impression dans l'état actuel des choses, que la victoire est totale. Une victoire ne saurait l'être tant que la guerre elle-même n'est point finie, même si nous avons acquis un avantage certain.
Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 27 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 16:59

Madeline a écrit:
Parus partout
Citation :

27-05-2008 : Révolte à Fougères ! Antonia prend le pouvoir
Révolte à Fougères ! Antonia prend le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 29 mai   Sam 23 Aoû 2008 - 17:00

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

29-05-2008 : Fougères est rattachée au comté du Maine
FOUGERES (AAP) - Tombée le 22 mai 1456, la ville de Fougères a été rattachée au Comté du Maine ce mercredi 28 mai 1456.
La nouvelle a été répercutée dans la ville via une annonce faite par le bureau du porte parole.
Depuis la prise de la ville, de nombreux Fougerais reprochaient aux dirigeants bretons de ne pas venir libérer la ville, de laisser les forces armées bretonnes à Rennes. Le duché s'en explique dans l'annonce : "Tout simplement mon frère parce que si Rennes se sacrifie, ce qu'elle ferait sans hésiter, c'est toute la Bretagne qu?elle entraînera dans sa chute Fougères comprise."
Le duché breton exprime également son soutien à la population et se veut rassurant : "Garde courage cette période difficile ne sera que provisoire... La Bretagne unie viendra te libérer, elle en fait le serment."
Pour le moment, aucun dirigeant françoys ne s'est encore exprimé sur cet événement.
Déclaration du porte parole breton : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?p=8959582#8959582

Madeline de Valendreuse, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 9 Juin   Sam 23 Aoû 2008 - 17:03

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

09-06-2008 : Attentat à Fougères contre le couple princier
[+]
FOUGERES (AAP) - Son altesse le prince Morgennes de Mortain et son épouse dame Armoria, Grand Maitre de France, auraient été victimes d'une tentative d'empoisonnement ce vendredi 6 juin.
C'est en la ville de Fougères, récemment conquise par les troupes françaises dans la guerre contre la Bretagne, que leurs altesses princières ont été retrouvés inconscients par leurs gens au décours d'un repas pris dans le camp de l'ost royal.
Selon les physiciens rapidement appelés au chevet du prince et de la princesse, l'attentat aurait consisté en un empoisonnement à la belladone, plante vénéneuse bien connue pour ses effets cardiaques, dont des extraits auraient pu être versés dans un des vins consommés au cours du repas.
Plusieurs convives auraient été pareillement intoxiqués, sans qu'il soit possible pour l'heure d'en connaitre le nombre et la qualité, les gardes du corps empêchant tout accès aux lieux du crime.
Le Grand Maitre de France aurait repris connaissance en quelques heures après avoir reçu un antidote. Cependant, deux jours après avoir sombré dans le coma, son altesse le prince Morgennes était selon nos informations toujours inconscient, sous la surveillance de sa suite.

Zwyrowsky, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 16 juin   Sam 23 Aoû 2008 - 17:04

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Rennes : Le Grand Maitre de France entre la vie et la mort
RENNES (AAP) - Le 15 juin de l’An de grâce 1456 de notre Seigneur, les armées bretonnes ont affronté l’Ost Royal des 45 dans la plaine en face de Rennes. Aux cris de « MONTJOIE SAINCT BYNARR ! POUR MON ROY ! QUI M'AIME ME SUIVE ! » Dame Armoria de Mortain, Grand Maître de France, a mené la fine fleur de la chevalerie françoyse contre les bretons.
Fougères passée, lors des dernières semaines, dans l’escarcelle du Roy, Rohan et Vannes occupées, la capitale du duché indépendant était directement menacée désormais. La charge des Sires Français s’est heurtée à une fougue imprévue. La princesse Armoria qui a été très grièvement blessée, a été ramenée à Fougères par les siens. Les apothicaires n’osent encore se prononcer sur ses chances de survie.
http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=225239&start=990&sid=42e2bbbf92335ce64ea9091cbc51ed9e
La prise d’Orléans, au cœur du domaine royal, par une armée de revers des gens à l’oriflamme d’hermine et cette défaite en rase campagne ont été célébrées avec sobre dignité dans les rues de Rennes.

Coucou Desbois, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 17 juin   Sam 23 Aoû 2008 - 17:09

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Entrevue du Duc de Bretagne et du Maréchal de France
RENNES (AAP) – La nuit du 14 au 15 juin 1456 a été marquée par plusieurs combats en Bretagne et en Orléanais dans le cadre du conflit qui oppose le Grand Duché de Bretagne au Domaine Royal.
Le lundi 16 juin 1456, l’AAP a rencontré Elfyn de Montfort, Duc de Bretagne et Messire Enguerrand de Lazare, Maréchal de France, afin qu'ils répondent l'un et l'autre aux mêmes questions.
AAP : Trois armées françoyses ont attaqué Rennes la nuit de samedi à dimanche. Quel est le bilan dans chacun des deux camps ?
Elfyn : Les armées bretonnes ont repoussé l’ennemi de plus grande manière qu'il n’en avait été fait avant. En effet, là où d'habitude c'était douze armées qui attaquaient et auxquelles nous faisions le double de dégâts qu'eux nous en causaient, je vous laisse imaginer le bilan si les morts français sont quatre fois plus nombreux, et le peu de nombre de soldats étant revenus vivants dans leur camp basé à Fougères. Quant à nous, nos armées sont solides et ont eu des blessures. Des blessures que nous pansons aujourd'hui même, des petits bobos. Nous reverrons nos hommes demain à nouveau aux remparts pour la majorité d’entre eux.
Enguerrand : Les forces françaises stationnées à Fougères ont voulu signifier par leur assaut qu'elles maintenaient la pression sur la capitale bretonne.
Le bilan fut lourd, tant le combat fut âpre et sanglant. Mais les forces françaises sont toujours présentes, en nombre et solidaires, aux portes de la capitale bretonne, continuant à menacer celle-ci.
AAP : Rohan est ville franche depuis quelques jours. Des armées bretonnes ont attaqué cette même nuit afin de reprendre la cité. Qu'a donné cette attaque ? Quel est l'état des pertes bretonnes et françoyses ?
Enguerrand : L'attaque sur Rohan s'est soldée par une défaite majeure pour les forces bretonnes. Les deux armées Bec'h d'an enebour et Pennher Ar Lug se sont vues être totalement décimées. Leurs chefs d'armée Archimbaud et Anastriana sont portés disparus, et peut être morts.
Côté Français, les pertes ont été des plus minimes, les trois armées à Rohan ayant par ailleurs pris pied hors les murs de la ville, celle-ci étant toujours ville franche.
Elfyn : Je n'ai pas eu encore un rapport clair de cette nuit, mais j'ai eu un témoin fuyard auquel j'attache peu d'attention mais qui m'a dit avoir vu quelque chose d'étrange. Les armées bretonnes par on ne sait quel miracle se sont retrouvées embourbées dans les marais rohannais et se sont retrouvées piégées, et cela juste au moment où étrangement les armées françaises lançaient un assaut. A se demander quel saint les protégeait Cela a été un massacre, à priori d’après ce que l’on m'a rapporté.
AAP : Etant donné les pertes bretonnes à Rohan et les pertes françoyses à Rennes, quelle suite est envisagée ?
Elfyn : Comme je vous l'ai dit, il y a deux jours de voyage entre Rennes et Rohan. Nos messagers mettent du temps à nous rapporter les nouvelles. Je ne peux encore publier d'annonce sur une quelconque décision. En effet, dans les jours qui viennent, nous en saurons plus sur l'état des lieux, quoiqu'il en soit, même avec la perte probable de nos armées à Rohan et tristement de tous nos hommes, nous sommes aujourd'hui en position de force. Je sais que les choses changent vite, mais du moins, nous sommes, pour ce qui est de cette nuit, ressortis vainqueurs globalement.
Enguerrand : Maintenir la pression et poursuivre les actions militaires actuelles.
Il est évident que, par un soucis de discrétion, l'Etat Major ne peut s'exprimer ouvertement de ses plans et tactiques futures.
AAP : Orléans a aussi connu une nuit agitée. Quelle est la situation dans la capitale orléanaise en ce lundi 16 juin 1456 ?
Enguerrand : Orléans est effectivement tombée, la ville étant aux mains des assaillants. Ceux-ci ont par ailleurs pu prendre d'assaut le château ducal, qui, après de nouveaux combats, est tombé également.
Elfyn : Apparemment nos armées auraient investi le château, une missive envoyée par pigeon m'a confirmé cela. J'attends de voir comment cela va se dérouler.
AAP : Pouvez-vous faire le bilan de la situation pour les autres villes bretonnes, ainsi que pour Fougères ?
Elfyn : Pour l'instant Vannes panse ses plaies et se remet à vivre hors du joug des tyrans français. Pour Rohan il n'est pas possible de déterminer encore, mais de ce que l'on sait, elle est encore aux mains des français. Pour ce qui est de Fougères la ville est devenue un hôpital pour français qui déménageront bientôt.
Autrement rien à signaler d'anormal, si l'on peut dire cela en temps de guerre.
Enguerrand : En ce qui concerne les autres villes bretonnes, Vannes est depuis hier à nouveau bretonne, les armées françaises de Rohan arrivant juste après que les troupes d'Albatrus aient pu refermer les portes de la ville derrière elles.
Celles ci maintiennent un siège ferme autour de la ville, afin d'empêcher l'arrivée de renforts, ou la sortie des troupes hors de la cité.
Fougères est quant à elle toujours mainoise, et occupée par les forces du Domaine royal.
AAP : Diplomatiquement parlant, des négociations sont-elles en cours entre le Grand Duché de Bretagne et le Domaine Royal ?
Enguerrand : Je laisserais, sur ce point précis, la Princesse Armoria, Grand Maître de France, s'exprimer officiellement, une fois que celle-ci se sera rétablie de ses blessures.
Elfyn : Je sais que le Grand Duc a tenté une approche diplomatique, mais bien que la volonté y soit comme la mienne y était avant ce conflit, le résultat est le même que celui qui a déclenché ce conflit, à savoir qu'ils préfèrent se suicider sur nos remparts que d'imaginer que la paix soit envisageable en admettant une chose : qu'ils n'ont à aucun moment eu d'emprise sur nous qui puisse être celle d'un souverain.
Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 22 juin   Sam 23 Aoû 2008 - 17:10

Madeline a écrit:
Paru dans le Grand Duché de Bretagne
Citation :

Le dernier discours d’Elfyn de Monfort
RENNES (AAP) – Après deux mandats en tant que Duc de Bretagne, Elfyn de Montfort s’est adressé aux Bretons pour un dernier discours.
C’est suite à une allocution de Myrlin dict le Dagsit, que Messire Elfyn de Montfort, encore affaibli par sa récente et sévère blessure, est venu faire état de la situation du pays au terme de ses deux mandats.
Selon Elfyn, la Bretagne souffre économiquement. L’effort de guerre engendrant le rationnement, il est conscient des manques mais précise que chaque Breton mange tous les jours à sa faim.
Au niveau de l’armée, Elfyn, s’il reconnaît avoir douté de ses choix guerriers, n’en garde pas moins l’espoir. Des 12 armées françoyses du début du conflit, Elfyn n’en compte plus que 6 qu’il jauge affaiblies et estime que l’issue du conflit n’est plus qu’une question de jours.
Rappelant que Vannes a été libérée, que Rohan est vide de toute armée françoyse et que Fougères est à présent assiégée par les armées bretonnes, sans oublier la prise d’Orléans, Elfyn apparaît confiant quant à la suite des événements.
Pour Elfyn, la France chute et :
« devra finir par reconnaître, le couteau sous la gorge, qu'une si petite nation, a le pouvoir de mettre a feu leur si orgueilleux pays. »
Messire Elfyn se retire donc pour céder la place à un nouveau Duc qui sera nommé prochainement mais assure son successeur de sa présence et de son aide offerte. Il s’engage également à poursuivre son travail sur les réformes.
Messire Elfyn se met en retrait tout en gardant en mémoire les morts et les souffrances que ses décisions ont engendrés. « Vivre avec », comme il le déclare, mais aussi « vivre avec l’espoir d’une victoire » et préserver « l’unité », telles sont ses convictions en ce dimanche soir.
Elfyn salue le peuple d’un « au revoir » symbolique et l’assure de continuer à travailler pour la Bretagne même en étant dans l’ombre.
Discours d’Elfyn de Montfort : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=9122687#9122687

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 27 juin   Sam 23 Aoû 2008 - 17:12

Madeline a écrit:
Paru dans le Grand Duché de Bretagne
Citation :

Ascoli le nouveau Duc de Bretagne
RENNES (AAP) – Le 22 juin 1456, les bretons ont choisi leurs nouveaux conseillers ducaux. Un vote un peu différent étant donné que bon nombre de Bretons n’ont pu participer au scrutin : les Fougerais et les Rohannais tout d’abord, n’ont pu exprimer leur vote étant donné que Fougères est rattachée au Maine et Rohan est une ville franche. De plus, les Bretons présents en Orléans ou tout simplement hors des frontières du pays n’ont également pas pu s’exprimer.
Après concertation, les conseillers ont choisi leur duc en la personne de messire Ascoli tête de la liste YAO (Hop !), maire de Rennes et chef de l’armée « Pouf Pouf dans ta tronche ».
Ce choix n’a pas été fait dans les deux premiers jours étant donné que deux conseillers ducaux, Messire Ascoli et Messire De Valendreuse se trouvaient alors à Fougères avec l’armée « Pouf Pouf dans ta tronche » à affronter les armées françoyses.
Leurs votes ont cependant pu être pris en compte dès leur retour à Rennes.
Après trois démissions successives : Dame Arméria, remplacée par Dame Hermionne70, puis messire Debad, remplacé par Dame Ristori et enfin Messire Elvis remplacé quant à lui par Messire Bouden, la composition du nouveau conseil ducal et les différentes affectations sont les suivantes :
Ascoli (Duc)
Riwan (Connétable)
Lelyana
De_valendreuse (Procureur)
Ristori (Bailli)
Maf1978
Jepl (Commissaire au commerce)
Bouden (Prévôt des maréchaux)
Soaz~ (Juge)
Lusiana (Capitaine)
Allinea (Porte-parole)
Hermionne70 (Commissaire aux mines)
Ce vendredi 27 juin 1456, Messire Ascoli s’est adressé au peuple sur la place publique.
Le nouveau Duc de Bretagne y fait tout d’abord le point sur la situation en Bretagne.
Il révèle aux Bretons les derniers événements en date, à savoir : « la reprise de la mine entre Fougères et Rennes et l’arrivée d’une de nos armées à Rohan pour la délivrer. »
La situation en Orléans est également au menu de son premier discours. Le Duc considère la prise d’Orléans comme une victoire majeure d’un point de vue économique et militaire et reste confiant sur la résistance des troupes bretonnes qui y subissent quotidiennement les assauts des armées royales.
Il résume son bilan en une phrase : « Si la Bretagne n'est pas au mieux, elle ne se porte néanmoins pas trop mal. »
Ascoli termine sa déclaration en invitant les Bretons à venir s’exprimer ou le questionner.
Déclaration complète du Duc de Bretagne : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=335973

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 6 juillet   Sam 23 Aoû 2008 - 17:13

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Offensives bretonnes à Fougères
FOUGERES (AAP) – 7 armées bretonnes sont parties de Rennes dans la nuit du 3 au 4 juillet en direction de Fougères qui est toujours rattachée au comté du Maine, avec pour objectif de reprendre cette ville à l’origine bretonne.
L’Armée 'Montfort' commandée par Coldtracker, l’armée 'Pouf Pouf dans ta tronche !' commandée par Ascoli, l’armée 'Breizh' commandée par Giwdull, l’armée 'Ost Levieg' commandée par Armeria, l’armée 'Guérande' commandée par Albatrus, l’Armée 'BAM' commandée par Amalric36 et l’Armée 'Bec'h, la relève' commandée par Yyrkoon ont donc tenté les deux dernières nuits de pénétrer dans la cité fougeraise.
Des efforts vains pour le moment puisque les armées françoyses : l’armée "Vae Victis" dirigée par Princesse_lotus, l’armée "1er Corps de la Bande de Normandie" dirigée par Aegidius et l'armée "Armée de Bourgogne "Pour le Roy"" dirigée par Garwael ont réussi à repousser l’offensive, obligeant les Bretons à reculer jusqu’à la mine située entre Fougères et Rennes.
Des pertes humaines sont à dénombrer dans les deux camps et ce, de manière équitable.
A Fougères même, sur la place, messire Astur, Bailli du comté du Maine a lancé un appel à la population afin de défendre le comté qu’il a annoncé menacé : « La menace revient dans notre Comté. En effet, nous sommes en mesure de vous informer que les Bretons vont plus que certainement revenir à la charge. La guerre est donc loin d’être terminée. »
Messire Ascoli, Duc de Bretagne, informé des déclarations du Bailli, a fait placarder une lettre à l’attention de tous.
Dans sa déclaration, le Duc de Bretagne assure la population mainoise que l’offensive bretonne n’a qu’un objectif, celui de « récupérer ce qui lui est dû : la ville de Fougères.» Il déclare également qu’une fois que Fougères sera rattachée au Grand Duché de Bretagne, « la Bretagne cessera toute action guerrière en terre françoise. »
Messire Ascoli lance alors un appel à la Pairie :
« Tant que la France menacera notre sol en revanche, qu'elle ne s'étonne guère de subir notre courroux.
La Bretagne est prête à mettre un terme à cette guerre sans faire couler davantage de sang mais cela passera par la restitution de Fougères.
La Pairie a donc toutes les cartes en main pour mettre un terme à ce conflit dès demain. »
Déclarations de messire Astur et de messire Ascoli : http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=9200120#9200120

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 26 juillet   Sam 23 Aoû 2008 - 17:15

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Trêve entre la France et la Bretagne
RENNES (AAP) - Une trêve entre la Bretagne et la France a été signée mercredi 23 juillet par les représentants de la France, Son Altesse la Princesse Armoria, Grand Maître de France, et messire Enguerrand de Lazare, Connétable de France, et les représentants de la Bretagne, Sa Majesté Amalric36, Grand Duc de Bretagne et Sa Grace Ascoli, Duc de Bretagne.
La trêve prévoit le retrait simultané des troupes des deux camps selon un calendrier précis, s'étalant du lundi 28 Juillet au vendredi 1er Août. Sans limite de temps, la trêve concerne "toutes les forces armées engagées entre les deux parties, chacune d'entre elles s'engageant solennellement à ne pas effectuer d'action de guerre à l'encontre de l'autre".
La Bretagne devra cesser le siège d'Alençon, capitale du duché du même nom, et ramener ses troupes sur ses terres. Parallèlement, la France devra cesser l'occupation de la ville de Fougères, dernière ville bretonne occupée, et ramener ses troupes en France.
Après le retrait des troupes armées, des négociations concernant la fin de la guerre seront ouvertes entre les représentants des deux parties.
L'accord de trêve prévoit également que les soldats bretons blessés à Orléans seront considérés comme prisonniers de guerre et par conséquent non soumis à d'éventuels procès pour l'occupation d'Orléans.

La plume verte, pour l'AAP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1 er aout   Sam 23 Aoû 2008 - 17:16

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

01-08-2008 : Révolte à Fougères ! Jeanpolc prend le pouvoir
Révolte à Fougères ! Jeanpolc prend le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 2 aout   Sam 23 Aoû 2008 - 17:17

Madeline a écrit:
Paru partout
Citation :

Fougères redevient bretonne
FOUGERES (AAP) – Tombée le 22 mai 1456 et rattachée au Comté du Maine le 28 mai 1456, Fougères est redevenue bretonne ce samedi 2 août 1456.
La foule s’est rassemblée ce jour, auprès d’Albatrus de Guérande capitaine de l’Ost Guérande, de Jeanpolc, maire actuel de Fougères et de la Princesse Armoria, Grand Maître de France pour regarder flotter le drapeau aux couleurs de l’Hermine sur les remparts de Fougères.
La trêve ayant été décrétée entre la Bretagne et la France, les armes déposées et les troupes reparties chacune vers leurs contrées respectives, le rattachement de Fougères au Grand Duché de Bretagne marque symboliquement la fin des conflits et le début d’une nouvelle ère, celle des négociations.
Messire Albatrus s’est exprimé pour féliciter tout d’abord les dirigeants françoys et bretons d’être arrivés à un accord de trêve puis a insisté sur les relations que les Bretons devront avoir à entretenir avec les soldats françoys blessés et bloqués à Fougères :
« Je compte sur chacun de vous pour qu'ils soient traités avec respect.
Nous ne tolérerons avec votre Maire aucun écart! »
Le maire en question est messire Jeanpolc qui, après avoir pris la mairie par révolte, s’est engagé, en prenant à son tour la parole devant les Fougerais, à faire repartir l’économie de la cité pendant les deux semaines qui s’ouvrent à lui, c’est à dire jusqu’à la prochaine élection municipale.
Le maire a également insisté sur tous les efforts accomplis par les deux parties pour arriver à cette trêve qu’il espère se voir se prolonger en traité de paix :
« Espérons que ces efforts de paix permettront de sceller à jamais bien plus qu'une trêve, mais un traité. »
Une trêve qui, selon la Princesse Armoria, n’a pas été perçue de la même manière par tous puisque
« Certains, dans les deux camps qui se sont fait face, ont vu dans cette trêve un échec, d'autres, une victoire. »
mais qui doit être considérée, selon elle, comme « l'espoir, enfin, d'une paix durable ».
Convaincue que plus de deux mois de vie commune ont permis de tisser des liens entre les soldats françoys présents à Fougères et ses habitants, la GMF a conclu son intervention par un mot « fort et simple » : « Ensemble ».
C’est d’ailleurs ensemble que dans les jours qui viennent, les délégations françoyses et bretonnes se retrouveront autour d’une table pour engager les négociations de paix.
A lire sur la halle de Fougères : http://forum.royaumesrenaissants.com/viewtopic.php?t=342994&start=15

Madeline de Valendreuse, pour l’AAP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 19 aout   Sam 23 Aoû 2008 - 17:20

Madeline a écrit:
Parus dans le Grand Duché de Bretagne
Citation :

19-08-2008 : Elections à Fougères : Xoff en tête au premier tour.
Xoff est arrivé en tête au premier tour de l'élection municipale.1. Xoff : 34.4%
2. Siny : 25.8%
3. Lorelyn : 22.6%
4. Kandrek : 11.8%
5. Lienus : 5.4%
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paskou
Admin
avatar

Messages : 1545
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 22 aout   Sam 23 Aoû 2008 - 17:21

Madeline a écrit:
Paru dans le Grand Duché de Bretagne
Citation :

21-08-2008 : Xoff est élu maire de Fougères
Xoff a été élu maire de Fougères. Il recueille la majorité des suffrages exprimés.1. Xoff : 58.8%
2. Siny : 41.2%
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Depuis Avril 1456   

Revenir en haut Aller en bas
 
Depuis Avril 1456
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Depuis Avril 1456
» SOS gastro depuis 7 jours
» Plus de 1.000 soldats étrangers morts en Afghanistan depuis 2001
» Poissons d'avril!!!
» L'invention du Grand Paris (Le Monde 2, 25 avril 2009)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mairie de Fougères :: Archives :: Archives des Articles de l'AAP-
Sauter vers: